ban600

Somptueuse soirée marocaine à l’ouverture du 21è Festival du film séfarade de New York

Somptueuse soirée marocaine à l’ouverture du 21è Festival du film séfarade de New York

Les locaux de la Fédération séfarade américaine, au centre de New York, ont vibré lundi soir aux rythmes cadencés de la musique gnaouie, superbement jouée par le groupe maroco-américain Innov Gnawa à l’ouverture de la 21è édition du Festival du film séfarade de New York (NYSJFF), qui se poursuit jusqu’au 15 mars. 

Faisant tandem avec le trompettiste séfarade de jazz de renommée internationale, Itamar Borochov, Innov Gnawa ont puisé dans le riche répertoire séculaire gnaoui pour faire plaisir à une assistance envoûtée par un style venu d’ailleurs et peu connu de ce côté-ci de l’Atlantique, mais qui est toujours captivant par sa profondeur et son originalité.

Voir Itamar, l’un des meilleurs musiciens de jazz, s’associer à Innov Gnawa, qui représente une tendance innovante dans le style gnaoui, est l’exemple on ne peut plus éloquent de la co-existence marocaine qu’on célèbre aujourd’hui”, a déclaré à la MAP Jason Guberman, directeur exécutif de la Fédération séfarade américaine.

>>Lire aussi : La 15è édition du Festival international des nomades, du 22 au 24 mars à M’hamid El Ghizlane

“La musique est au cœur de l'héritage judéo-musulman partagé au Maroc”, s’est-il réjoui. Innov Gnawa et Itamar Borochov s’étaient rencontrés lors d’un festival de musique de Brooklyn, se rappelle le jeune trompettiste, dans une déclaration à la MAP.

“Nous avons joué ensemble au Winter Jazz Festival de New York” de 2017, ajoute M. Borochov, qui se dit impressionné par les jeunes gnaouis qui forment “l'unique groupe qui joue un répertoire gnaoui de style judéo-marocain”. En effet, les deux parties s’activent actuellement à enregistrer ce répertoire très rare “afin d’éterniser un passé commun”, a-t-il révélé.

Pour sa part, Samir LanGus, du group Innov se dit fier de donner cette performance qui a le mérite de faire renaître une histoire commune mettant la lumière sur la tolérance et le vivre-ensemble qui a toujours été le cachet distinctif de la société marocaine.

“La musique se démarque par sa dimension qui rassemble, et touche les fins fonds de tout un chacun”, déclare-t-il à la MAP. “Nous voulons rappeler les gens de cette réalité, et leur transmettre, par le biais de la musique, un message de paix et d’altérité”. 

Innov Gnawa, qui ont été nommés pour le prix du Best Dance Recording lors de la dernière édition des Grammy Awards, persévèrent, en multipliant les performances aux Etats-Unis et ailleurs, à porter la musique gnaouie à la scène internationale, nous confie Samir LaGus.

Le 21è Festival du film séfarade de New York, qui a attiré une assistance internationale, a été marquée par le chant de l’hymne national du Maroc, magistralement entonné par le baryton franco-marocain, David Serero, ainsi que par un film mettant en relief la diversité culturelle, la beauté pittoresque et la richesse historique du Maroc.

Par Aziz Rami 

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :