A LA UNEMonde

Sortie pro-terroriste de l’ex-colonel algérien : la responsabilité de l’Algérie est avérée (expert)

Il y a quelques jours, un certain Mokhtar Said Mediouni, présenté par la chaîne de télévision algérienne El Hayat, où il a désormais son rond de serviette, comme ancien colonel, a appelé les milices du Polisario à « déplacer la guerre au Maroc et à commettre des actes terroristes à l’intérieur des grandes villes marocaines ». De l’apologie du terrorisme pure et simple. Pour le professeur de Droit international, Abdelfattah El Belamachi, la responsabilité de l’Etat algérien dans la tenue de ces propos gravissimes est avérée.

Contacté par MAROC DIPLOMATIQUE, l’expert en relations internationales a expliqué que dans ce cas précis, « la responsabilité de l’Algérie, pays dans lequel cette sortie médiatique appelant à la violence et à des actes terroristes sur le territoire marocain s’est produite, est avérée ».

Interpol pourra se saisir de l’affaire

Pour M. El Belamachi, le droit demeure également pour l’État marocain ou toute autre partie, notamment un professionnel des droits de l’Homme, de porter plainte au niveau d’Interpol, conformément aux lois internationales prévues dans ce sens.

Ledit acte est en effet puni par une kyrielle de textes internationaux, notamment la résolution n° 110 de 1947 des Nations-Unies qui condamne « la propagande visant à provoquer ou encourager toute menace contre la paix, une rupture de la paix ou un acte d’agression ».

Interpol est également habilité, dans le cadre de son premier projet commun avec le Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNCCT), à détecter sur Internet toute activité liée au terrorisme et recueille tous les éléments considérés comme preuves électroniques, à l’instar de l’acte commis sur le plateau d’une chaîne algérienne.

Appel à l’encadrement des médias en Algérie

Ces propos hostiles et instigateurs de la violence requièrent l’ouverture d’un débat sur le travail journalistique et professionnel, aujourd’hui exposé en Algérie à de nombreuses violations juridiques et morales, et soulèvent la question de l’utilité des normes nationales et internationales qui encadrent les médias via Internet, a fait remarquer M. El Belamachi.

Le sulfureux ex-troupier algérien est tristement célèbre depuis 2015, date à laquelle il a été poursuivi pour viol et agression sexuelle sans être écroué ou inquiété par la justice de son pays.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page