Sous haute tension, le Sénat américain entame l’audition de confirmation de la juge Barrett

Barrett

Le Comité des affaires judiciaires du Sénat américain a entamé lundi des audiences de quatre jours pour la confirmation de la candidate du président Donald Trump pour pourvoir au poste vacant à la Cour suprême, Amy Coney Barrett.

Cette audition se déroule dans un contexte particulièrement tendu à trois semaines de l’élection présidentielle du 03 novembre. Grâce à leur majorité de 53 voix au Sénat, les républicains n’auront pas de réel obstacle pour confirmer la juge Barrett qui remplace la défunte Ruth Bader Ginsburg, ce qui devrait assurer une majorité de 6-3 pour les conservateurs dans la plus haute juridiction du pays pour les années à venir.

Alors que deux républicains, les sénatrices Susan Collins du Maine et Lisa Murkowski de l’Alaska, se disent opposées à la confirmation d’un candidat à la Cour suprême à la veille d’une élection, tous les autres républicains devraient soutenir la confirmation de la juge Barrett.

De leur côté, les démocrates tenteront d’exploiter ces audiences pour dénoncer “l’hypocrisie” des sénateurs républicains, dont le président du Comité judiciaire, Lindsey Graham. Ce dernier, l’un des plus grands alliés de Trump au Sénat, s’était farouchement opposé à toute nomination par Barack Obama d’un juge à la Cour suprême lors de la dernière année de son mandat, en 2016. Les observateurs estiment que sa volte-face le mois dernier risque de lui coûter cher alors qu’il est au coude-à-coude pour sa propre réélection en Caroline du Sud face au candidat démocrate Jaime Harrison.

Même si les démocrates mènent une bataille perdue d’avance pour empêcher la confirmation de la juge Amy Coney Barrett, l’attention du public sur les audiences de la Cour suprême leur donne l’occasion de faire passer leur message sur les soins de santé qui les a aidés à gagner la Chambre en 2018 et qui, espèrent-ils, leur permettra de reprendre le Sénat et la Maison Blanche le mois prochain.


En effet, la Cour suprême compte trancher sur la contestation de la Loi sur les soins abordables, dite Obamacare, une semaine après l’élection dans une affaire portée par les procureurs généraux républicains et l’administration Trump, ce qui signifie que Mme Barrett pourrait voter sur ce dossier crucial.

Les démocrates affirment qu’une décision défavorable de la Cour suprême menace la couverture santé de millions d’Américains atteints de maladies préexistantes, une protection populaire incluse dans Obamacare.

Un sondage CNN publié début octobre a révélé que 57% des Américains interrogés sont favorables à Obamacare (contre 50% en 2017) et que 61% ne souhaitent pas que la Cour suprême l’annule.

Mme Barrett, alors professeur de droit à l’Université de Notre-Dame, avait critiqué, dans un essai en 2017, la façon dont le juge en chef John Roberts a sauvé la Loi sur les soins abordables en 2012.


( Avec MAP )