A LA UNEMonde

Statut d’Al Qods : La déclaration américaine pas conforme au droit international et aux résolutions du Conseil de sécurité

La déclaration américaine du 6 décembre reconnaissant Al Qods comme capitale d’Israël n’est pas conforme au droit international et aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, et risque de provoquer de fortes réactions et une plus grande instabilité dans une région déjà turbulente, a affirmé vendredi la ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallström.

Toutes les questions liées au statut final, y compris le statut de Jérusalem en tant que capitale future des deux États, doivent être résolues par des négociations entre les parties et non par une action unilatérale des parties ou d’autres parties“, a souligné Mme Wallström, dans un communiqué.

La cheffe de la diplomatie suédoise réagissait à la réunion extraordinaire vendredi du Conseil de sécurité de l’ONU sur la ville sainte à la demande de la Suède, de la Bolivie, de l’Egypte, de la France, de l’Italie, du Sénégal, du Royaume-Uni et de l’Uruguay.

Le fait que la majorité des membres du Conseil aient demandé la tenue de la réunion, y compris tous les États membres de l’UE au Conseil de sécurité, montre le sérieux avec lequel la communauté internationale considère le statut de Jérusalem et la déclaration des États-Unis”, a-t-elle relevé.

Le Conseil de sécurité a la responsabilité du processus de paix. Tous les efforts crédibles pour relancer le processus de paix doivent être soutenus. La Suède appelle toutes les parties prenantes à s’engager dans des efforts pour parvenir à la paix“, a-t-elle soutenu.

Il y a deux jours, le ministère suédois des Affaires étrangères a regretté la déclaration du président américain Donald Trump au sujet du transfert de l’ambassade de son pays à Al Qods occupée, tout en appelant au respect du statut spécial de la ville sainte.

La déclaration des États-Unis n’affecte pas la position de l’UE et de la Suède concernant le statut spécial de Jérusalem. Il est de la plus haute importance que tous les États respectent et sauvegardent ce statut“, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Rappelant que l’ONU a conféré à Jérusalem un statut juridique et politique spécial que le Conseil de sécurité a demandé à la communauté internationale de respecter, le ministère a estimé qu’il “y a un risque que cette déclaration puisse entraîner de fortes réactions et une plus grande instabilité dans une région déjà turbulente, et avoir des conséquences stratégiques à long terme pour le processus de paix“.

L’UE a clairement exprimé son point de vue sur Jérusalem en tant qu’entité distincte et en tant que capitale future de deux États, a noté la même source, faisant valoir que “les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont souligné que l’UE n’a jamais reconnu l’annexion de Jérusalem-Est par Israël et que la réalisation d’une paix durable nécessite la résolution du statut de Jérusalem par des négociations“.

L’engagement de longue date de la Suède en faveur d’une solution à deux États reste toujours de mise, a souligné le ministère, qui a fait part de son engagement à travailler “pour qu’Israël et la Palestine puissent vivre côte à côte dans la paix et la sécurité“.

Et de conclure que “toutes les questions de statut final, y compris le statut de Jérusalem en tant que capitale future pour les deux États, doivent être résolues par des négociations entre les parties et non par une action unilatérale des parties ou d’autres parties“.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page