Sur la question du Sahara, la Jordanie “a été et restera toujours aux côtés du Maroc”

Ayman Al-Safadi

L’ouverture d’un consulat général jeudi à Laâyoune prouve encore une fois que le Royaume hachémite de Jordanie “a été et restera toujours aux côtés du Maroc” sur la question du Sahara, a affirmé le vice-Premier ministre, ministre jordanien des Affaires étrangères et des Expatriés, Ayman Al-Safadi.

“L’inauguration aujourd’hui du consulat général à Laâyoune vient confirmer la ferme position jordanienne qui a été et restera toujours aux côtés du Royaume du Maroc” sur la question de son intégrité territoriale, a souligné M. Al-Safadi lors d’un point de presse conjoint avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Il a noté que cette ouverture prouve aussi que “nous travaillons avec nos frères pour résoudre la question du Sahara marocain, conformément aux résolution de la légalité internationale et à l’initiative d’autonomie présentée par le Maroc”, qualifiant cette proposition de solution “pratique et logique” pour régler ce conflit artificiel.

Le chef de la diplomatie jordanienne a aussi jugé nécessaire pour les pays arabes d’unifier les efforts, de se focaliser sur les défis communs et de surmonter les tensions en vue de permettre à “tous nos peuples de jouir de leur droit à une vie meilleure et digne”.

En outre, il s’est félicité des relations “historiquement fortes, stratégiques et distinguées” unissant les deux Royaumes frères, qui se manifestent dans la “coopération continue et la coordination ininterrompue” entre les responsables marocains et jordaniens à tous les niveaux.


“Ces liens historiques représentent un modèle dans les relations arabes” au service des intérêts communs en vue de “contribuer à réaliser le développement de nos peuples et à relever tous les défis communs auxquels nous sommes confrontés”, conformément aux Hautes directives des chefs d’Etat des deux pays, Sa Majesté le Roi Mohammed VI et son frère SM le Roi Abdallah II, a-t-il relevé.

Le ministre jordanien a fait remarquer que ses entretiens avec M. Bourita ont été l’occasion d’évoquer les mesures à prendre afin de hisser les relations solides entre les deux pays au niveau d’une coopération “fructueuse” qui servira les intérêts des deux Royaumes et ceux de la nation arabe en général, mettant l’accent sur l’importance de renforcer la coopération dans les domaines de l’économie, de l’investissement et du tourisme.

Sur la question palestinienne, M. Al-Safadi a assuré que Rabat et Amman partagent la même vision et travaillent ensemble pour parvenir à une paix “juste et durable” qui respecte tous les droits légitimes du peuple palestinien frère, en particulier son droit à un État indépendant sur les frontières du 4 juin 1967, avec Al-Qods Acharif comme capitale, conformément aux résolutions de légalité internationale et à l’Initiative arabe de paix.

Le ministre jordanien a noté qu’il existe aussi une grande coopération entre les deux pays sur la question d’Al Qods, saluant le rôle de premier plan de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, président du Comité Al Qods, dans la protection de l’identité arabo-islamique de cette ville et la préservation de ses lieux saints.


S’agissant des conflits qui secouent certains pays de la région, la Jordanie et le Maroc ont toujours œuvré pour un rôle arabe actif dans les efforts visant à mettre fin à ces crises, notamment en Syrie, en Libye et au Yémen, a-t-il indiqué.

La cérémonie d’ouverture du consulat général jordanien a été marquée par la présence du wali de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Abdelam Bekrate, le président du conseil régional, Sidi Hamdi Ould Errachid, en plus de diplomates accrédités dans la capitale du Sahara marocain et des élus locaux.

La Jordanie est devenu jeudi le 11ème pays à avoir inauguré un consulat à Laâyoune, après les Émirats arabes unis, Bahreïn, la Côte d’Ivoire, les Iles Comores, le Gabon, Sao-Tomé-Et principe, la République centrafricaine, le Burundi, Eswatini et la Zambie.

( Avec MAP )