Syrie: 11 morts dans le nord-ouest, selon l’OSDH

Plus de 920.000 déplacés en Syrie en 2018, record depuis le début du conflit

Onze personnes ont trouvé la mort dimanche dans des attaques menées par le régime de Bachar al-Assad et de son allié russe dans des régions au nord-ouest du pays contrôlées par les extrémistes, où les bombardements quasi-quotidiens sèment la mort parmi la population depuis trois mois, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Divers secteurs d’Idleb et de Hama ont été visés dimanche par des raids aériens et les tirs d’artillerie causant la mort de onze civils, a indiqué l’OSDH, précisant que cinq personnes ont péri dans des frappes du régime sur des quartiers résidentiels d’Ariha, dans la ville d’Idleb, et trois dans d’autres secteurs du nord-ouest de la Syrie.

→Lire aussi : Syrie: Six personnes tuées et huit blessées dans des tirs de roquette à Alep

Les bombardements russes sur des terres agricoles du nord de Hama ont tué trois civils, relève l’OSDH. Par ailleurs, quatre soldats ont été tués lors d’un assaut du régime sur le village de Tal Maleh, dans le nord de Hama, durant lequel neuf combattants extrémistes ont également été tués.

15 civils dont huit enfants, ont aussi été tués samedi, dans des raids du pouvoir syrien ou de son allié russe, dont 11 à Ariha

Depuis le début de l’escalade fin avril, les frappes aériennes et les tirs d’artillerie ont coûté la vie à plus de 750 civils, dont 190 enfants, signale l’OSDH. Pendant la même période, plus de 400.000 personnes ont été déplacées, selon l’ONU.