Syrie: 40 chefs de groupes “jihadistes” tués dans une attaque de missiles

jihadistes

Près de 40 dirigeants de groupes “jihadistes” ont été tués, samedi près d’Idleb (nord-ouest), dans une attaque de missiles qui a visé un camp militaire, où ils étaient en conclave, a annoncé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Des tirs de missiles ont visé une réunion rassemblant des chefs des groupes Hourras al-Din et Ansar al-Tawhid ainsi que des chefs d’autres groupes extrémistes qui leur sont alliés dans un camp d’entraînement, tuant au moins 40 d’entre eux, a indiqué l’ONG sur son site internet.

Les groupes visés par l’attaque sont des alliés de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda, précise la même source.

→ Lire aussi : Syrie: arrêt des raids aériennes sur Idleb après l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu

Cette attaque de missiles à l’origine inconnue intervient après l’entrée en vigueur, samedi matin, d’un cessez le feu annoncé par le Russie et la fin des frappes aériennes dans le région d’Idleb.


Après plusieurs mois de frappes aériennes russe et syrienne, les forces du régime ont entamé le 8 août une offensive terrestre et ont conquis jeudi de nouveaux secteurs de cette région, dominée par les insurgés du HTS.

Depuis le début de l’escalade fin avril, près de 950 civils ont été tués, selon l’OSDH, tandis que plus de 400.000 personnes ont été déplacées, d’après l’ONU qui a décrit cette situation comme l’un des pires “cauchemars” humanitaires du conflit”.