Taieb Fassi Fihri sur « Al Oula » : Les propos irresponsables de Chabat sur la Mauritanie ont été instrumentalisés jusque dans l’UA

Invité du journal d’Al Oula, mardi soir, pour apporter un éclairage sur le retour du Maroc au sein de l’Union africaine, qu’il a considéré comme « un grand exploit et une percée très importante », le Conseiller du Roi Mohammed VI, Taieb Fassi Fihri, est revenu sur les difficultés rencontrées par la délégation marocaine, notamment, l’instrumentalisation des propos sur la Mauritanie de Hamid Chabat qui avaient soulevé l’ire des dirigeants de Nouakchott. Jusqu’au Sommet de l’UA d’Addis- Abeba, les propos du secrétaire général de l’Istiqlal ont continué à alimenter un certain anti-marocanisme.

Interrogé par la présentatrice du JT sur la première chaîne marocaine (Al Ouala), Nadia El Mouden, sur des informations en provenance d’Addis-Abeba à propos de précédentes déclarations d’un responsable partisan marocain qui ont été instrumentalisées contre le Royaume, le Conseiller du Souverain n’est pas allé du dos de la cuillère.

« Si vous parlez des déclarations de M. Hamid Chabat, je vais vous répondre à cette question même si certains en feront une lecture tendancieuse avec de fausses interprétations de ma réponse en tant que conseiller de S.M. le Roi  », a-t-il dit. « Mais, il s’agit là d’une affaire fatidique pour le pays suivie par tous les Marocains», a tenu à expliquer l’ancien ministre des Affaires étrangères en ajoutant, « il faut dans le cadre de la transparence et de l’information de tous à propos de ce qui se passe que je dise et que j’assure  que ces déclarations ont créé des problèmes importants à la diplomatie marocaine ».

Pour ce diplomate expérimenté, ces problèmes n’auraient pas pu être surmontés sans l’intervention de S.M le Roi. « Tout le monde sait que Sa Majesté a pris l’initiative d’appeler directement le président mauritanien et lui a envoyé une délégation importante présidée par le chef du gouvernement », a-t-il rappelé.  « Bien évidemment, tout le monde connaît la crédibilité de S.M. le Roi et à quel point il reste attaché au droit international, en particulier au principe de bon voisinage et de relations exceptionnelles avec la Mauritanie », a-t-il soutenu. « Mais malheureusement, ces déclarations ont été effectivement exploitées jusqu’à la journée d’hier (lundi, le jour de l’admission du Maroc au sein de l’UA) par cette poignée de pays  qui ont combattu le retour du Maroc », a-t-il regretté. Selon lui, « ces pays-là ont instrumentalisé ces déclarations irresponsables  pour prétendre que le Maroc est dans une politique expansionniste qui ne respecte pas la légalité internationale et ses frontières avec la Mauritanie ». Et d’ajouter : « Effectivement, j’assure que ces déclarations ont crées beaucoup de problèmes. La preuve en est que les délégations  africaines présentes lors du Sommet nous ont informés de l’exploitation de l’autre partie de ces déclarations .