Taxe Gafa : Paris et Washington se donnent 15 jours pour trouver un compromis à l’OCDE

Taxe Gafa
Taxe Gafa

La France et les Etats-Unis vont essayer, dans le cadre de l’OCDE, de trouver un compromis sur la taxation des géants du numérique, dite “Taxe GAFA”, a indiqué mardi le ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire.

Les deux pays se sont donnés “15 jours” pour trouver un compromis sur la taxation des GAFA dans le cadre de l’OCDE, a souligné le ministre français qui a exprimé le souhait que Washington ne sanctionne pas Paris pendant cette période.

“Nous sommes convenus de redoubler d’efforts dans les jours qui viennent pour essayer de trouver un compromis sur la taxation numérique dans le cadre de l’OCDE”, a indiqué le ministre lors d’un point presse à Bercy, en compagnie du commissaire européen au Commerce, Phil Hogan.

Lundi, le ministre français de l’Economie et des Finances avait appelé les Etats-Unis à “revenir à la raison et à la sagesse” et à ne pas prendre de sanctions contre la France pour sa taxe sur les géants du numérique “.

→ Lire aussi : Taxe GAFA: Paris appelle Washington à “revenir à la raison”

“Cette guerre commerciale n’est dans l’intérêt de personne”, avait affirmé le ministre, appelant les “Américains à revenir à la sagesse, à la raison, à travailler à un compromis à l’OCDE et à éviter cette montée aux extrêmes qui ne profitera à personne”.

Le ministre avait également prévenu que la France allait « riposter » dans le cadre de l’OMC si les Etats Unis “décident d’aller jusqu’au bout” dans leurs menaces.

Washington avait menacé début décembre d’imposer des droits de douane additionnels pouvant aller jusqu’à 100% sur l’équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français, en réaction au projet français visant à imposer une taxe aux géants américains du numérique en France, en l’occurrence Google, Apple, Facebook et Amazon.

Le gouvernement français avait qualifié d'”inacceptables” ces menaces de représailles américaines.

La taxe sur les services numériques vise à taxer les géants américains du numérique à hauteur de 3% de leur chiffre d’affaires réalisé en France.