Tesla annonce un quatrième trimestre de bénéfices d’affilée, défiant les effets de la pandémie

Tesla

Le constructeur de véhicules électriques, Tesla, vient d’annoncer, pour la première fois en 17 ans d’existence, un quatrième trimestre de bénéfices consécutif, renforçant les ambitions de son fondateur Elon Musk d’inaugurer l’ère des voitures entièrement électriques.

Défiant la pandémie mondiale de coronavirus, la menace d’une récession économique prolongée et les analystes de Wall Street qui s’attendaient à une perte, le constructeur automobile de la Silicon Valley a réussi, à la faveur de la vente de crédits d’impôt réglementaires, de réaliser un bénéfice de 104 millions de dollars au deuxième trimestre 2020.

Sur une base ajustée, hors rémunération à base d’actions, la société a déclaré mercredi qu’elle gagnait 2,18 de dollars par action. Les analystes interrogés par l’entreprise de gestion de données financières “FactSet” s’attendaient en moyenne à une perte ajustée de 2 cents par action plus tôt dans la journée, une estimation qui s’est rétrécie entre une perte de 14 cents lundi et une perte projetée beaucoup plus importante en mai.

Lors d’un appel téléphonique avec des analystes, M. Musk a déclaré que Tesla a choisi un emplacement près d’Austin, au Texas, pour sa deuxième usine d’assemblage aux États-Unis, où il construirait une camionnette et un camion semi-remorque, ainsi que des véhicules compacts de modèle 3 et de modèle Y pour l’Est des États-Unis

La capacité de Tesla à atteindre son objectif pré-pandémique de livrer plus de 500.000 véhicules cette année, soit une augmentation de plus de 36% par rapport à l’année dernière, est restée néanmoins incertain.


L’entreprise a légèrement reculé, affirmant que son objectif est de livrer 500.000 véhicules mais la réalisation de cet objectif était devenue plus difficile. Le groupe a refusé de commenter l’objectif à la fin du mois d’avril, lorsque M. Musk dénonçait les autorités californiennes pour avoir gardé sa seule usine d’assemblage américaine près de San Francisco fermée dans le cadre d’un effort pour enrayer la propagation du Covid-19.

“Bien que nous ayons réussi à ramener la production de véhicules aux niveaux antérieurs, il reste difficile de prédire s’il y aura de nouvelles interruptions opérationnelles ou comment le sentiment des consommateurs mondiaux évoluera au cours du second semestre de 2020”, a déclaré la société.