Tourisme: Les perspectives de relance de la “vision 2020” au centre d’une réunion

L’état des lieux et les perspectives de relance et d’accélération de la vision stratégique 2020 du secteur du tourisme ont été au centre d’une conférence qui a réuni, jeudi soir à Casablanca, le ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Économie sociale, Mohamed Sajid, et la secrétaire d’Etat auprès du ministère du Tourisme, Lamia Boutaleb, avec les représentants de la Confédération nationale du tourisme (CNT).

Cette réunion, qui s’inscrit dans une démarche d’ouverture et de transparence vis-à-vis de l’ensemble des parties prenantes du secteur, a été l’occasion d’aborder le bilan d’étape du secteur du tourisme et des recommandations qui en découlent afin d’identifier les axes stratégiques permettant l’accélération de la mise en œuvre de la vision 2020 du secteur.

A cette occasion, M. Sajid a fait valoir que le constat dressé quant à la mise en œuvre de la vision 2020, fait ressortir que l’exécution des principales composantes de la vision 2020 et les engagements du contrat programme national ont été ralenties, en raison de facteurs endogènes, d’une conjoncture économique mondiale défavorable et un contexte géostratégique instable.

“Les indicateurs du secteur, bien qu’enregistrant des croissances au cours des dernières années, restent en deçà des prévisions de la vision, même si le Maroc a fait preuve de résilience comparativement aux destinations de la région”, a fait remarquer le ministre, soulignant que compte tenu de ce diagnostic, le plan d’action établi par le ministère intègre en priorité des mesures d’accélération pour traiter les urgences, restaurer la confiance et préserver les acquis du secteur.


Il s’agit, selon le ministre, de mettre en place un plan d’accélération à même de booster les performances des principales destinations touristiques existantes et de s’atteler à dynamiser l’investissement et les projets structurants de la vision afin d’accompagner progressivement le développement des destinations émergentes.

La déclinaison de ce plan d’actions en feuille de route à court et moyen terme et sa mise en œuvre se fera en concertation avec l’ensemble des acteurs, notamment les professionnels et les acteurs régionaux, en vue de préciser les engagements et les champs d’intervention des différentes parties prenantes, publiques et privées, a-t-il expliqué.

Il a, en outre, insisté sur la place qu’occupe le transport aérien en tant qu’élément fondamental et déterminant pour le développement du secteur touristique, ajoutant dans ce sens que le renforcement des liaisons aériennes vers le Royaume et l’augmentation des dessertes au niveau des grandes destinations, dont Marrakech, Fès et Agadir figurent parmi les priorités du ministère.

Evoquant le tourisme balnéaire, le ministre a relevé qu”’il y a de grands projets balnéaires en cours de réalisation, certains sont dans une phase plus avancée que d’autres, comme le chantier de la station balnéaire Taghazout, près d’Agadir, qui sera achevée très prochainement”.


Pour Mme Boutaleb, la vision 2020 a été faite dans un contexte différent de celui d’aujourd’hui, notamment en termes de facteurs endogènes et de la situation économique mondiale.

“Aujourd’hui, il est important de revoir les objectifs prévus dans la vision 2020 et de les réadapter avec la conjoncture économique actuelle dans le cadre d’un plan d’urgence impliquant toutes les parties prenantes du secteur”, a-t-elle noté.

Il est primordial d’insuffler une nouvelle dynamique à ce secteur qui occupe une place privilégiée au sein de l’économie nationale, a dit la secrétaire d’Etat, insistant sur l’importance de la restauration de la “crédibilité” du secteur à travers l’amélioration des performances des principales destinations touristiques existantes via notamment l’investissement, la promotion du transport aérien, la bonne gouvernance et la formation.

De son côté, Fouzi Zemrani, vice-président de la CNT, a estimé que l’évaluation de la vision 2020 à mi-parcours en présence des parties prenantes du secteur permettra de tracer une feuille de route claire pour la relance du secteur au cours des 5 prochaines années.


Rappelant qu’à mi-parcours, la vision 2020 semble difficilement atteignable, le responsable a fait noter que la promotion du secteur passe nécessairement par le renforcement de la bonne gouvernance et le développement du balnéaire marocain.