Tournée Royale en Afrique de l’est: La vision de SM le Roi propulse le Maroc au rang de poids-lourd dans l’architecture continentale émergente

La tournée Royale en Afrique de l’est, la première du genre dans cette partie du continent, vient confirmer le statut du Maroc en tant que poids-lourd au sein de la nouvelle architecture qui émerge en Afrique, estime Mme Liesl Louw-Vaudran, analyste des questions africaines.

Il s’agit d’un leadership que le Maroc est en train de construire à la faveur d’une forte base économique que le Royaume a su asseoir durant les dernières années, a déclaré à MAP-Johannesburg, Mme Louw-Vaudran, également consultante auprès de l’Institut des études sécuritaires (ISS, basé à Pretoria).

D’après l’analyste sud-africaine, la tournée Royale a suscité un élan d’optimisme conforté par les multiples accords et conventions de coopération conclus avec les pays visités par le Souverain.

«Le Maroc est l’un des géants économiques en Afrique», note-t-elle, soulignant que les progrès économiques que le Royaume ne cesse de réaliser au moment où de nombreux pays du continent souffrent sous le coup d’un ralentissement économique inquiétant, confortent son nouveau positionnement.

Les fondements économiques solides du Maroc lui permettent de se lancer dans cette projection panafricaine avec confiance, a-t-elle dit, relevant que le Maroc est désormais bien parti pour bâtir des relations fortes et des partenariats mutuellement avantageux à travers le continent.


Cette projection panafricaine du Maroc n’est pas seulement le fruit du niveau du développement atteint par le Royaume. Elle est l’œuvre de la vision du Souverain, qui s’est attelé depuis Son accession au Trône à mettre en place une stratégie de co-développement avec les partenaires africains sur la base d’une approche solidaire, mettant le bien-être et l’épanouissement de l’Homme africain au cœur de ses priorités.

«Cette politique a été d’une grande efficacité en Afrique francophone, région liée par de forts liens historiques, économiques, politiques et religieux avec le Maroc», observe Mme Louw-Vaudran.

Les succès réalisés dans cette région, où la dimension solidaire et humaine du partenariat proposé par le Maroc s’est illustrée, confortent le Royaume dans son ambition de passer à la vitesse supérieure dans la mise en œuvre de sa stratégie africaine, en la déployant dans de nouvelles contrées dont l’Afrique de l’est, ajoute-t-elle.

Les medias et les commentateurs de la région ne sont pas restés indifférents à l’engouement que suscite ce modèle de co-émergence solidaire et de partenariat gagnant-gagnant proposé par le Maroc aux pays amis d’Afrique de l’est.


La tournée de Sa Majesté dans la région vient donner une forte impulsion à la coopération sud-sud, écrit le quotidien rwandais The New Times, qui rappelle les nombreux accords signés à l’occasion du déplacement Royal.

Couvrant plusieurs domaines de l’agriculture aux énergies renouvelables en passant par l’habitat, l’environnement, la santé et le tourisme, ces accords sont la voie idoine pour favoriser le développement durable, souligne l’éditorialiste du journal, notant que le déplacement de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Afrique de l’est vient acter l’essence de la coopération sud-sud telle qu’elle est conçue par le Souverain, stratégique dans sa conception et noble dans sa mise en œuvre.

«C’est avec cet esprit que les dirigeants africains doivent aborder les questions de l’intégration régionale et de la promotion du commerce interafricain», estime l’éditorialiste du New Times, soulignant que l’Afrique est dans le besoin de cette coopération.

«Les défis de notre ère interpellent les Nations qui doivent éliminer les barrières qui les confinent dans l’isolement pour pouvoir embrasser les vertus de la coopération et la mutualisation des efforts», soutient la publication.