A LA UNESociété

Trafic international de Cocaïne : « Air Algérie » au cœur d’une vaste enquête en France

La compagnie aérienne « Air Algérie » est citée dans une vaste enquête sécuritaire menée par la police française et qui a été déclenchée au lendemain de l’arrestation à l’aéroport Paris-Orly d’un steward, membre d’un réseau de trafic de cocaïne opérant entre la France et l’Algérie, selon plusieurs sources sécuritaires françaises.

Citées par « Algérie part plus », ces sources relèvent que cette affaire a éclaté le 18 septembre dernier lorsque ce steward a été arrêté par des agents de sécurité de l’aéroport Paris-Orly en possession d’une grande quantité de cocaïne.

D’après les mêmes sources, le steward, qui a été recruté récemment par « Air Algérie », a été contrôlé à la suite de son passage sous le portique de sécurité.

Elles précisent qu’un contrôle minutieux opéré par des policiers français a permis de débusquer plus de 400 grammes de cocaïne, dissimulés dans les chaussettes du steward d’Air Algérie, qui a été ensuite interpellé et placé en garde-à-vue par la Police française.

L’enquête diligentée a permis de découvrir que l’employé de la compagnie aérienne algérienne faisait uniquement la « mule » de tout un réseau sophistiqué de trafic de cocaïne qui a l’habitude d’envoyer d’importantes quantités de stupéfiants vers l’Algérie, détaillent les mêmes sources.

→ Lire aussi : Australie: un sexagénaire inculpé pour avoir vendu de la drogue depuis sa maison de retraite

Elles précisent que le steward ne serait pas la seule et unique « mule » employée par ce réseau mafieux, notant que les enquêteurs français travaillent maintenant d’arrache-pied pour essayer de le démanteler dans les plus brefs délais.

Et de faire savoir que pour l’heure, les investigations n’excluent pas la possibilité que d’autres employés d’ »Air Algérie » aient pu servir de « mules » dans d’autres opérations de transferts de cocaïne vers l’Algérie.

Selon ces sources sécuritaires citées toujours par le média, les enquêteurs français sont en train de remonter les pistes vers ce réseau de narcotrafic qui a pu introduire de la cocaïne jusqu’au sein de l’aéroport Paris-Orly afin de la remettre discrètement à un steward d’ »Air Algérie ».

Elles estiment qu’il n’est pas exclu que de hauts responsables de la compagnie aérienne algérienne soient convoqués par les enquêteurs français pour qu’ils soient auditionnés à propos de leurs liens présumés avec le steward chargé de transporter de la cocaïne depuis Paris jusqu’à l’Algérie.

Dernièrement, le journal britannique « The Independent » avait alerté que l’Algérie est devenue une plaque tournante émergente de la cocaïne à destination du Royaume-Uni.

En juin dernier, les garde-côtes algériens avaient saisi près de 500 kilos de cocaïne, découverts par des pêcheurs au large du port d’Oran, dans le nord-ouest du pays.

Il s’agissait de la deuxième plus importante cargaison de cocaïne découverte en Algérie, après celle de 701 kilogrammes saisie en mai 2018 sur un cargo censé transporter de la viande congelée en provenance de l’Amérique latine.

Ce scandale, connu plus tard sous le nom de « cocaïne-gate », avait éclaboussé les plus hautes sphères du régime algérien. Les enquêtes ont fait état de l’implication de hauts responsables, dont des magistrats et des hauts gradés de l’armée, ainsi que le fils d’un ancien Premier ministre.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page