Trump se dit optimiste sur l’aboutissement à un accord commercial avec la Chine

Donald Trump

Alors qu’une équipe de négociateurs américains est attendue lundi à Pékin, le président américain Donald Trump s’est dit, vendredi, qu’il est confiant de pouvoir conclure un accord commercial avec la Chine et mettre ainsi fin à la guerre commerciale qui oppose les deux grandes puissances économiques.

“Je pense que nous pouvons conclure un accord avec la Chine”, a déclaré le président lors d’un point presse vendredi à la Maison Blanche, alors que les premières discussions en tête-à-tête sont prévues lundi à Pékin entre de hauts fonctionnaires américains et chinois.

“Nous avons une négociation commerciale massive en ce moment avec la Chine, le président Xi (Jinping) est très impliqué tout comme moi-même. Nous négocions au plus haut niveau et cela se passe très bien”, a souligné le milliardaire. “On verra ce qui se passera, on ne sait jamais avec une négociation”, a-t-il toutefois tenu à tempérer.

M. Trump s’est félicité à cette occasion de son approche imposant des tarifs douaniers à ses partenaires commerciaux pour les forcer à la négociation.

→ Lire aussi : Après l’arrestation de deux canadiens, les Etats unis mettent en garde les Américains qui se rendent en Chine


“Nous engrangeons des milliards et des milliards de dollars de taxes douanières de la part de la Chine et d’autres”, a-t-il insisté, soulignant que même s’il n’y avait pas d’accord avec Pékin, le Trésor américain continuerait à engranger “des milliards et des milliards” de dollars de taxes sur les produits chinois.

Le représentant adjoint pour le Commerce Jeffrey Gerrish conduira la délégation américaine en vue de mener “une discussion active et constructive”, a annoncé vendredi dans un communiqué le ministère chinois du commerce.

Les deux délégations s’efforceront de “mettre en oeuvre l’important consensus obtenu lors de la rencontre en Argentine” entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, précise le communiqué.

Après des mois de hausses mutuelles des droits de douane sur leurs exportations respectives, les dirigeants des deux pays avaient convenu de se donner un répit de trois mois, jusqu’au 1er mars, pour laisser une chance à la négociation.