AccueilA LA UNETrump veut mettre fin à l’asile à la frontière sud des Etats-Unis
Trump

Trump veut mettre fin à l’asile à la frontière sud des Etats-Unis

L’administration Trump a annoncé lundi qu’elle mettrait fin aux demandes d’asile à la frontière américano-mexicaine, déposées par des migrants n’ayant pas sollicité le statut de réfugié au Mexique ou dans un autre pays sur la route des États-Unis.

Selon une nouvelle règle publiée dans le Registre fédéral, les demandeurs d’asile, qui transitent par un autre pays, ne sont pas éligibles à l’asile à la frontière sud des États-Unis. La règle, qui devrait entrer en vigueur mardi, s’applique également aux enfants qui traversent la frontière seuls.

Il existe quelques exceptions, notamment pour les victimes de la traite des êtres humains et les demandeurs d’asile à qui la protection a été refusée dans un pays.

Ce geste de l’administration du président Donald Trump, même s’il sera bloqué par des tribunaux, est en rupture avec des décennies de politique américaine en matière de traitement des réfugiés.

Le ministre de la Justice américain William Barr a déclaré que les États-Unis étaient “un pays généreux, mais qu’ils étaient complètement débordés” par le fardeau associé à l’arrestation et au traitement de centaines de milliers de migrants à la frontière sud.

→ Lire aussi : USA: L’expulsion de migrants clandestins débutera “très bientôt”

Le gouvernement “use de son pouvoir légal, tel que conféré par le Congrès“, a-t-il ajouté dans un communiqué, souhaitant que la nouvelle règle “décourage les migrants économiques qui veulent exploiter notre système d’asile“.

Cette politique devrait presque certainement affronter des recours en justice. L’American Civil Liberties Union (ACLU) a déjà annoncé son intention d’intenter des poursuites. L’avocat de l’ACLU, Lee Gelernt, qui a plaidé dans plusieurs affaires liés aux politiques d’immigration de l’administration Trump, a déclaré que la mesure était illégale.

La règle, si elle était respectée, éliminerait effectivement l’asile pour ceux qui se trouvent à la frontière sud“, a-t-il déclaré.

La législation américaine autorise les réfugiés à demander l’asile lorsqu’ils arrivent aux États-Unis, quelle que soit la façon dont ils l’ont fait, mais il existe une exception pour ceux qui ont traversé un pays considéré comme “sûr“. La loi sur l’immigration et la nationalité, qui régit le droit d’asile, définit de manière vague la manière dont un pays est “sûr“, sur la base d’un accord bilatéral ou multilatéral.

A ce jour, les États-Unis ont conclu un tel accord, connu sous le nom de “pays tiers sûr“, avec le Canada uniquement. Un pacte régional sur la question était envisagé avec le Mexique et les pays d’Amérique, mais rien n’a été décidé.

Share With:
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :