Tunisie : 98% des agences de voyages menacées de fermeture, d’ici fin octobre

agences de voyages

Environ 98% des agences de voyages exerçant en Tunisie sont menacées de fermeture définitive d’ici fin octobre, a mis en garde la Fédération tunisienne des Agences de Voyages (FTAV).

“98% des agences ont fait savoir qu’elles seront menacées de faillite, si l’Etat n’intervient pas, en activant la mesure relative à la mise en place d’une ligne de crédit de 500 millions de dinars (MD), destinée à permettre aux établissements hôteliers et touristiques touchés par la pandémie de Covid-19, de payer les salaires de leurs employés”, a précisé le président de la FTAV dans des déclarations de presse.

Tout en mettant en garde contre l’effondrement d’un secteur, qui compte plus de 1.300 agences de voyages et assure près de 20 mille emplois directs et indirects, le responsable a rappelé que 28% des agents exerçant dans cette filière ont été déjà licenciés, après le confinement général.

Rappelant une récente étude réalisée par la FTAV, Ben Attouch a fait savoir que 80% des agences de voyages ont affirmé qu’elles ne pourront plus résister à cette crise et honorer leurs engagements financiers, au-delà du mois de septembre courant.

“Jusqu’à ce jour, aucun crédit n’a été octroyé à l’une de nos agences”, a-t-il déploré, soulignant que 50 agences uniquement ont reçu l’accord de principe des banques, sur un total de 268 agences qui se sont inscrites sur la plateforme “entreprise.finances.gov.tn” pour bénéficier de ces crédits.


“Le problème consiste dans le fait que la convention, relative à cette ligne de crédit, signée par le ministère des Finances et la Société tunisienne de garantie (Sotugar), a été rejetée par les banques, qui revendiquent la modification d’un nombre de clauses”, a expliqué le président de la FTAV.

Il a, par ailleurs, estimé que les difficultés financières des agences de voyages vont s’aggraver davantage, étant donné qu’elles ne seront plus en mesure d’honorer leurs engagements vis-à-vis des sociétés de leasing, pour ce qui est des financements pour l’acquisition de moyens de transport, en 2019.

Dans ce cadre, Ben Attouch a appelé le gouvernement à intervenir auprès des banques pour reporter les échéances du leasing, et aussi des différents charges (impôts, Cnss, crédits bancaires…), jusqu’au mois de décembre 2021.

Il a proposé, encore, de faire profiter les employés qui atteignent les 55 ans, du mécanisme de la retraite anticipée et de trouver des formules avec les compagnies d’assurance pour le paiement de la prime d’assurance multirisque professionnelle de 2021 (amnistie ou échelonnement).


Finalement, le président de la FTAV a fait savoir que la Fédération se penche, ces derniers jours, sur l’élaboration d’un projet instaurant une meilleure cohabitation entre le tourisme et le virus Covid-19.

Ce projet, qui sera présenté à l’Association internationale du transport aérien (IATA), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), vise à permettre à l’agence de voyages de retrouver son rôle de “garante et gardienne” de cette cohabitation, et ce, partant du constat que les cas de contamination enregistrés ont été le résultat du tourisme non assisté et non accompagné.

La Tunisie a enregistré une baisse dans les revenus des activités touristiques de 60%, qui pourrait atteindre les 70% d’ici la fin de l’année 2020, selon le ministre tunisien du Tourisme, Habib Ammar.

Et de rappeler que le gouvernement a pris, depuis le mois d’avril, des mesures en faveur des opérateurs dans le secteur, telles que le rééchelonnement du règlement des dettes bancaires et de la CNSS, en plus de l’octroi de crédits avantageux dont la durée de remboursement s’étend sur 5 ans, avec une période de grâce de 2 ans, et avec la garantie de l’Etat.


A cet égard, le ministre a souligné que son département œuvre avec les autres intervenants, à mettre en application ces mesures qui devraient permettre d’alléger la crise financière des hôteliers, de fournir les liquidités aux unités touristiques et de garantir par conséquent, un meilleur avenir à l’activité touristique.

Selon des chiffres officiels, les recettes touristiques ont atteint 491,4 millions d’euros du 1er janvier au 20 septembre 2020, soit une baisse de 60%.

Le nombre de nuitées n’a pas dépassé les 4,62 millions, soit une baisse de 79,5% par rapport à la même période en 2019, alors que les arrivées aux frontières avaient atteint 1.714.493 au 20 septembre (-75,2%).