Un intérêt particulier doit être accordé aux catégories vulnérables et à la jeunesse dans la région arabe

la région arabe

La région arabe, qui vit une période délicate, doit accorder un intérêt particulier aux catégories vulnérables et précaires, ainsi qu’à la jeunesse et à l’éducation des enfants, a affirmé mardi Haifa Abu Ghazaleh, secrétaire générale adjointe de la Ligue arabe, chargée des affaires sociales.

Haifa Abu Ghazaleh, secrétaire générale adjointe de la Ligue arabe, chargée des affaires sociales, qui s’exprimait à l’ouverture de la 72ème session du bureau exécutif des ministres arabes des affaires sociales, a appelé à renforcer le rôle de la famille en matière de formation des générations montantes capables de relever les défis en vue de réaliser le développement escompté.

La responsable a souligné l’importance de renforcer l’action sociale arabe commune et d’accorder davantage d’intérêt aux questions préocuupant le citoyen arabe.

→ Lire aussi : Maroc: la Banque Mondiale donnera la priorité à la jeunesse et à l’emploi pour la période 2019-2023

Elle a aussi mis l’accent sur l’importance de renforcer la coopération entre toutes les forces sociétales et de consolider le principe du partenariat efficient, tout en définissant les rôles et les responsabilités en vue de bénéficier du soutien politique des dirigeants arabes lors des différents sommets. Cette réunion examinera notamment les préparatifs de la 38ème session du Conseil des ministres arabes des Affaires sociales ainsi que les préparatifs de la session ordinaire de la Ligue arabe, prévue en Tunisie en mars 2019, a-t-elle précisé.


Cette rencontre se penchera également, dans le cadre de la mise en place du plan de développement durable 2030, sur plusieurs sujets prioritaires, notamment la poursuite des efforts pour mettre fin à la pauvreté dans les pays arabes, a ajouté Abu Ghazala.

Elle a également relevé l’importance des efforts arabes dans le domaine social, en vue d’avoir le soutien de la communauté internationale pour faire face aux défis dont font face les pays membres, notamment ceux liés à la croissance, aux conflits armés et aux flux des réfugiés. Elle a, dans ce sens, appelé à s’intéresser davantage aux questions relatives aux droits des personnes aux besoins spécifiques et aux personnes âgées pour une meilleure intégration de ces catégories dans la société.