Un médecin tire la sonnette d’alarme

coronavirus

Par Omar El Yazidi

On ne pouvait ne pas répondre au cri de détresse et à l’appel d’un médecin qui s’inquiète.

Dès le premier jour de la crise, ils ont quitté leurs familles pour déclarer la guerre au Covid-19 qui risque de raser la terre. Médecins et infirmiers se sont mis au front pour lutter contre ce mal qui secoue le monde. Chaque minute est désormais une bataille de gagnée ou de perdue pour eux, aussi se sacrifient-ils et mettent leur vie en danger pour sauver les autres, pour sauver les nôtres quel que soit le prix à payer.

Mais le revers de cette mobilisation qui nous a mis en confiance n’est pas du tout reluisant. Pour nous, les professionnels de la Santé se sont éloignés qui de sa femme et de ses enfants et qui de son mari ou de ses parents ne pensant qu’à une chose : sauver et préserver la vie des Marocains. En soldats de front, et dans leur course contre la montre pour contrôler la propagation du virus, ils sont en contact avec les malades d’où le risque de contamination qui augmente à chaque instant encore plus.

Leurs journées ne sont plus que stress et pression de peur de se voir submergés par des contaminés. Mais aujourd’hui, on peut avoir peur pour eux parce que l’épée de Damoclès est là et menace de frapper à tout moment. On peut avoir peur pour les médecins du privé qui ne trouvent plus de masquent et qui sont en contact avec des patients. Voici le message intégral du médecin :

« Je suis médecin, ce matin je me prépare à assurer une garde, avec mon avant dernier masque… Je vous fait part de la situation des médecins au Maroc et surtout de leurs craintes :

A ce jour, quelques médecins sont déjà atteints, sans compter ceux qui ne sont pas testés ! Nous n’avons pas de masques mis à notre disposition. Nous sommes peut-être infectés et l’examen clinique nous oblige à être tout prêt du malade. On en prend le risque, c’est notre métier, d’accord, mais qu’en est-il de tous les patients que nous risquons de contaminer ? Pourquoi n’avons-nous pas droit à des tests lorsque nous avons des symptômes ?

Il est temps de réagir !

Certains médecins et paramédicaux ont demandé des hôtels, pas pour le luxe mais pour que le personnel soignant ne contamine pas les familles. Sans compter que la plupart des aides-soignants et infirmiers n’ont pas de véhicules pour rentrer chez eux. Dans l’intérêt de tous, nous demandons à avoir de quoi nous protéger et à être dépistés et isolés si nous sommes positifs ! »

Nous ne voulons pas que les médecins et les infirmiers payent un lourd tribut à cette crise dévastatrice. Ils sont notre espoir , alors réagissons !