Un Monde cloisonné en Zones COVID : Gardons le Maroc dans la zone verte, pour une reprise rapide, forte et ambitieuse

Tayeb Hamdi

Dr Tayeb Hamdi, médecin, chercheur en politiques et systèmes de santé.

Gestes barrières et territoriales pour bien contrôler l’épidémie, et une adhésion à la vaccination pour ces quelques semaines, en vue de gagner triplement dans les mois d’après: éviter une troisième vague féroce, sauver la reprise sociale et économique à partir de la saison estivale, garder la place du Maroc dans la zone « verte » pour assurer sa convalescence économique, et s’ouvrir sur de nouveaux horizons.

Entre un monde « vert » ouvert à des échanges (presque) fluides et au tourisme, et un monde « rouge » isolé, le Maroc n’a pas de choix. Sa relance économique et sociale en dépend.

A partir du mois de juin 2021, pour au moins une année, le monde sera cloisonné par un zoning COVID :  Zone verte pour les pays qui ont su ou pu vacciner une bonne partie de leur population et contrôler l’épidémie chez eux, et une zone rouge où le virus continuera à circuler librement ou presque, avec peu ou pas de vaccination. Certainement une zone orange entre les deux avec des restrictions au gré des pays et du virus. Une zone propice aux échanges et au tourisme grâce au passeport vaccinal et ce zoning, une autre isolée délaissée à son sort.

Avant d’envisager un Maroc ou un monde du post COVI 19, on a à gérer cette période qui risque d’aggraver la crise pour beaucoup de pays, mais paradoxalement sera propice aux opportunités pour ceux qui sauront se préparer pour les cueillir.


Lae Maroc a besoin d’une reprise sociale, économique, touristique et culturelle dans les quelques semaines à venir. La saison estivale doit être le début de la convalescence et de la reprise. Nous en détenons les moyens : une situation épidémiologique sous contrôle depuis trois mois, et une campagne de vaccination bien avancée, exemplaire même.

Le Maroc est actuellement parmi les dix premiers pays au monde dont le taux de la population ayant reçu au moins une dose du vaccin, avant la majorité des pays européens comme la France, l’Italie, l’Allemagne, le Danemark, l’Espagne, la Belgique .. Il est également classé en sixième position de par la population complètement vaccinée devant ces mêmes pays et devant le Royaume Uni pays modèle sur ce registre.

Avant la fin de 2021 moins de 60 pays auront vacciné leur population, les 140 restants seront relégués pour 2022 ou après. Ethiquement inacceptable, épidémiologiquement risqué pour toute la planète, mais c’est la conséquence « logique » des disparités en matière de moyens de riposte et de vaccination.

Notre pays fait partie des très rares pays du sud qui ont élu un siège dans cette zone verte. Il nous faut persévérer pour y rester. Ça nous permettrait, bien avant la fin de la pandémie, d’échanger librement ou presque avec les pays de cette zone, recevoir leurs touristes, et même saisir cette occasion de fermeture et d’isolement de plusieurs destinations pour faire connaitre nos potentialités.


Le renforcement du respect des gestes barrières, des mesures territoriales, l’adhésion à la vaccination durant les semaines à venir, nous aideront à éviter une troisième vague, avec des variants plus contagieux et plus virulents. Cette vague déferle déjà sur plusieurs pays, dont nos voisins du nord, les mettant en de sérieuses difficultés. Elle se distingue par sa rapidité et sa férocité. La riposte également doit être rapide, forte et d’une durée suffisante, au risque de s’isoler très longtemps à gérer ses conséquences.

On a à gagner triplement : éviter une flambée meurtrière, avec son cortège de mesures restrictives, sauver la reprise sociale et économique à partir de cette saison estivale avec à la clef beaucoup plus de plus-value, garder et consolider la place du Maroc dans cette zone verte, pour assurer sa convalescence économique, et s’ouvrir même sur de nouveaux horizons.

Le choix n’est pas difficile, l’implication de tous ne devrait pas l’être non plus.