Un trafic de cannabis démantelé entre la France et l’Espagne

cannabis

Du producteur au consommateur” : une opération franco-espagnole a permis le démantèlement dimanche d’une filière de trafic d’herbe de cannabis entre l’Espagne et la France, avec l’interpellation au total de 14 protagonistes dont huit en France, “l’aboutissement” d’une enquête débutée il y a un an, a annoncé jeudi la gendarmerie.

Près de 40 kilos d’herbe ont été saisis, ainsi que 450.000 euros en espèces et une dizaine de véhicules de luxe.

Les enquêteurs de la section de recherche de Bordeaux (sud-ouest) suivaient depuis novembre 2019 un homme de 40 ans, sans emploi, domicilié près de Bordeaux. Soupçonné d’être “un demi-grossiste”, il réceptionnait des convois “quasi hebdomadaires” de chargements d’herbe de cannabis, “par dizaine de kilos”, en provenance d’Espagne, a expliqué la gendarmerie à l’AFP.

Le point de départ de cette filière a rapidement été localisé dans la ville basque espagnole de Bilbao, dans le nord-ouest de l’Espagne, où la drogue était fabriquée.

Grâce à une coopération étroite nouée avec la police judiciaire et la garde civile de Biscaye, les enquêteurs ont mis en place une surveillance des deux côtés des Pyrénées qui a permis à l’enquête de progresser rapidement jusqu’à ce que le confinement et la fermeture des frontières ne mettent en suspens les convois illicites.


Une opération d’interpellation fixée pour la mi-mars a ainsi été “contrariée du fait de la crise sanitaire”, selon un communiqué des gendarmes.

Avec la réouverture des frontières, les investigations ont pu reprendre et s’intensifier. Le 18 octobre, informés du départ d’un convoi depuis la région de Bilbao, les enquêteurs français, épaulés par des gendarmes d’élite, ont interpellé quatre personnes: le “demi-grossiste” soupçonné de revendre la drogue en Gironde, et les trois chauffeurs venus d’Espagne pour l’approvisionner.

Quatre autres personnes, dont des clients, ont été interpellées dans le cadre de cette enquête dirigée par la JIRS (juridiction interrégionale spécialisée) de Bordeaux, en coopération avec la justice espagnole et avec le soutien de l’agence européenne de coopération judiciaire Eurojust.

Côté français, 70 militaires ont été mobilisés dans cette opération qui a abouti à la saisie de 30 kg d’herbe que transportaient les chauffeurs espagnols ainsi que 800 grammes de cocaïne, 210.000 euros en liquide et une dizaine de véhicules dont un estimé à plus de 100.000 euros, appartenant au client des livreurs. Des comptes ont également été saisis.


Parallèlement en Espagne, six personnes, visées par un mandat d’arrêt européen, ont été interpellées dans la province de Biscaye en vue de leur transfert en France, et les perquisitions ont permis la saisie d’espèces et de 10 kg d’herbe.

( Avec AFP )