A LA UNECoronavirus

Une 3e dose du vaccin AstraZeneca augmente « considérablement » les anticorps contre Omicron

Le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 a « considérablement » augmenté les niveaux d’anticorps contre le variant Omicron du SRAS-CoV-2 après une troisième dose de rappel, selon les données d’une nouvelle étude de l’Université Oxford.

« Le vaccin AstraZeneca Covid-19 (ChAdOx1-S [recombinant]) a considérablement augmenté les niveaux d’anticorps contre le variant Omicron du SRAS-CoV-2 (B.1.1.529) après une troisième dose de rappel, selon les données d’une nouvelle étude en laboratoire« , rapporte le groupe pharmaceutique AstraZeneca dans un communiqué, notant que l’étude a été réalisée indépendamment par des chercheurs de l’Université d’Oxford et les résultats ont été publiés en ligne sur le serveur de préimpression bioRxiv.

Les titres de neutralisation d’Omicron ont été renforcés après une troisième dose du vaccin AstraZeneca Covid-19 par rapport aux titres obtenus après une deuxième dose, souligne la même source, notant que les niveaux observés après la troisième dose de rappel étaient plus élevés que les anticorps neutralisants trouvés chez les individus qui avaient été précédemment infectés par le Covid-19 (variants Alpha, Beta, Delta et souche originale) et s’en étaient remis naturellement.

Les sérums obtenus des individus un mois après avoir reçu la troisième dose de rappel ont neutralisé le variant Omicron à des niveaux largement similaires à ceux observés un mois après la deuxième dose contre le variant Delta, affirme AstraZeneca, ajoutant que deux doses de son vaccin ont été associées à une protection contre le variant Delta dans des études en conditions réelles.

L’étude a analysé des échantillons de sang prélevés chez des personnes infectées par le Covid-19, chez celles qui avaient été vaccinées selon un schéma à deux doses et une troisième dose de rappel, et chez celles qui avaient signalé une infection antérieure par d’autres variants préoccupants du Covid-19. L’étude a porté sur des échantillons provenant de 41 personnes qui avaient reçu trois doses du vaccin AstraZeneca Covid-19.

« Il est très encourageant de constater que les vaccins actuels ont le potentiel de protéger contre l’Omicron après une troisième dose de rappel. Ces résultats soutiennent l’utilisation de la troisième dose de rappel dans le cadre des stratégies nationales de vaccination, notamment pour limiter la propagation des variants préoccupants, dont Omicron« , a indiqué le professeur Regius de médecine à l’Université d’Oxford et l’un des investigateurs de l’étude, Sir John Bell, cité dans le communiqué.

→ Lire aussi : Les vaccins, la meilleure méthode actuellement disponible pour lutter contre la Covid-19 et ses variants

Pour sa part, le Vice-Président Exécutif, R&D BioPharmaceutique chez AstraZeneca, Sir Mene Pangalos, a déclaré que « le vaccin AstraZeneca Covid-19 joue un rôle important dans les programmes de vaccination du monde entier et ces données nous confortent dans l’idée que le vaccin doit être administré en tant que troisième dose de rappel« .

« Il est également important de regarder au-delà des anticorps pour mieux comprendre comment les vaccins offrent une protection contre Omicron. Au fur et à mesure que nous comprenons mieux Omicron, nous pensons que nous découvrirons que la réponse des cellules T offre une protection durable contre la maladie grave et les hospitalisations« , a-t-il ajouté.

Les données d’une autre étude en laboratoire confirment l’effet du vaccin AstraZeneca Covid-19 contre Omicron. Ainsi, les personnes vaccinées avec deux doses du vaccin conservant une activité neutralisante contre Omicron, bien qu’une diminution ait été observée par rapport à la souche originale.

Dans d’autres études, il a été démontré que le vaccin AstraZeneca Covid-19 génère une réponse diversifiée et durable des cellules T à de multiples variants. Cela provoque une réponse plus large que les anticorps seuls, et peut contribuer à la protection contre le Covid-19.

En outre, la société analyse des échantillons de sang prélevés sur les participants à l’essai de phase II/III de la société afin d’évaluer l’activité neutralisante lorsqu’elle est utilisée comme troisième dose de rappel contre Omicron pour le vaccin Covid-19 d’AstraZeneca, ainsi que son vaccin candidat Covid-19 de nouvelle génération, l’AZD2816. Les données de ces études sont attendues prochainement. Les données actuellement disponibles contre les variants préoccupants, à l’exception d’Omicron, plaident également en faveur de l’utilisation d’une troisième dose de rappel du vaccin AstraZeneca Covid-19 selon un schéma homologue ou hétérologue.

Parallèlement, une sous-analyse des essais COV001 et COV002 a montré qu’une troisième dose du vaccin Covid-19 d’AstraZeneca, administrée au moins six mois après une deuxième dose, multipliait par six les taux d’anticorps et maintenait les lymphocytes T.

Une troisième dose a également entraîné une activité neutralisante plus élevée contre les variants Alpha, Beta et Delta, par rapport à un schéma à deux doses. Lors de l’essai, la troisième dose du vaccin AstraZeneca Covid-19 s’est avérée moins réactogène que la première dose.

De même, l’essai COV-BOOST a montré qu’une troisième dose de rappel du vaccin AstraZeneca Covid-19 induisait des réponses immunitaires significativement plus élevées par rapport aux témoins contre le variant Delta et la souche originale après une série de vaccins primaires du vaccin AstraZeneca Covid-19 ou Pfizer BioNtech (BNT162b2), d’après le communiqué. L’étude de l’Université d’Oxford

L’étude en laboratoire de l’Université d’Oxford a évalué la neutralisation d’Omicron par un large panel de sérums collectés auprès de personnes convalescentes infectées par la pandémie précoce, Alpha, Beta, Gamma et Delta, ainsi qu’auprès de personnes ayant reçu trois doses du vaccin AstraZeneca Covid-19 ou du vaccin Pfizer BioNtech (BNT162b2). Au total, les échantillons analysés provenaient de 41 individus ayant reçu trois doses de Vaxzevria et de 20 individus ayant reçu trois doses de vaccin Pfizer BioNtech (BNT162b2).

Vaxzevria

Vaxzevria (ChAdOx1-S [recombinant], anciennement AZD1222) a été inventé conjointement par l’université d’Oxford et sa société dérivée, Vaccitech. Il utilise un vecteur viral de chimpanzé déficient en réplication, basé sur une version affaiblie d’un virus du rhume (adénovirus) qui provoque des infections chez les chimpanzés et qui contient le matériel génétique de la protéine de surface du virus SRAS-CoV-2. Après la vaccination, la protéine de pointe de surface est produite, ce qui prépare le système immunitaire à attaquer le virus SRAS-CoV-2 s’il infecte ultérieurement l’organisme.

Le vaccin a reçu une autorisation de mise sur le marché conditionnelle ou une utilisation d’urgence dans plus de 90 pays. Il est également inscrit sur la liste des utilisations d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé, ce qui accélère le processus d’accès dans 142 pays par le biais du dispositif COVAX.

En vertu d’un accord de sous-licence avec AstraZeneca, le vaccin est fabriqué et fourni par le Serum Institute of India sous le nom de COVISHIELD.

AstraZeneca (LSE/STO/Nasdaq : AZN) est une société biopharmaceutique mondiale à vocation scientifique qui se focalise sur la découverte, le développement et la commercialisation de médicaments de prescription dans les domaines de l’oncologie, des maladies rares et de la biopharmacie, notamment les maladies cardiovasculaires, rénales et métaboliques, et respiratoires et immunologiques. Basée à Cambridge, au Royaume-Uni, AstraZeneca est présente dans plus de 100 pays et ses médicaments innovants sont utilisés par des millions de patients dans le monde.

(Avec MAP)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page