A LA UNETechnologies et Médias

USA: Epic Games vs Apple, un procès inédit aux multiples rebondissements

Après trois semaines d’audition, le procès opposant Epic Games au géant Apple dans l’affaire du jeu vidéo Fortnite, s’est conclu lundi après la très médiatisée comparution devant le tribunal du PDG d’Apple, Tim Cook.

Cette dernière audition, qui a porté sur le modèle économique de l’App Store, considéré comme trop avide par la partie adverse, a été marquée par la fermeté dont a fait preuve la juge Yvonne Gonzalez Rogers en s’adressant au patron de la firme à la pomme. Notant que la majorité des revenus de l’App Store et des achats intégrés semble provenir des jeux vidéos, la juge a relevé que “l’industrie du jeu semble générer une somme d’argent disproportionnée par rapport à la propriété intellectuelle que vous lui donnez et à tout le monde. Dans un sens, c’est presque comme s’ils subventionnaient tout le monde“.

Alors qu’elle a estimé logique qu’Apple perçoit une commission au départ, étant donné que la firme joue le rôle d’intermédiaire entre les utilisateurs et les jeux vidéos, la juge a trouvé déconcertant que ce modèle économique se poursuive avec les achats intégrés, les développeurs ne devant qu’à eux-mêmes la fidélisation des joueurs. La juge est également d’avis que les récentes baisses de prix opérées par Apple sur son magasin d’applications ont été motivées par la peur des réglementations et poursuites judiciaires éventuelles, et non par la concurrence.

→ Lire aussi : BRUXELLES ACCUSE APPLE D’AVOIR FAUSSÉ LA CONCURRENCE SUR LE MARCHÉ DE LA MUSIQUE EN LIGNE

Pour sa part, le dirigeant d’Apple a rétorqué que la baisse en question était plutôt motivée par la concurrence, évoquant une initiative similaire entreprise par Google peu après la firme de Cupertino. Il a également noté qu’Apple ne communiquait pas les données financières relatives à l’App Store, mettant en avant les moyens mis au service du magasin d’applications. “Nous avons 150.000 API que nous créons et maintenons, ainsi que de nombreux outils de développement et le service client qui gère toutes ces transactions“, a-t-il précisé.

Dans le cadre de la procédure intentée par Epic Games, l’éditeur de Fortnite, Tim Sweeney, espère pousser Apple à revoir son modèle de fond en comble et à proposer des magasins d’applications alternatifs sur l’IPhone, où l’App Store est pour l’instant l’unique porte d’entrée des développeurs. Ces changements contribueront à l’ouverture du marché de la distribution d’application, ce qui permettrait, selon Epic Games, “de baisser les prix” et générerait “davantage d’innovation“, deux notions majeurs du droit de concurrence américain. Actuellement, Apple a droit jusqu’à 30% de commission à chaque achat passant par son magasin d’applications, y compris les achats-in-app, une pratique jugée nuisible par Epic Games.

Cependant, Tim Cook a expliqué que l’arrivée de stores d’applications alternatifs provoquerait “un désordre toxique” sur les appareils d’Apple, ajoutant que “la confidentialité de notre point de vue est l’une des problématiques les plus importantes du siècle, et la sûreté et la sécurité sont les fondements sur lesquels repose la confidentialité”. Rappelant que “39% des développeurs sont ‘plutôt’ ou ‘très’ insatisfaits des services de distribution d’Apple, la juge a enfin déclaré “en quoi cela est-il acceptable et comment – en supposant que ces chiffres soient vrais – vous sentez-vous motivé à répondre à leurs besoins ?“, ce à quoi Cook a répondu qu’Apple reçoit peu de retours des développeurs, et que la priorité est avant tout accordée aux utilisateurs. Et c’est avec ce mea culpa du PDG d’Apple que se sont achevées les auditions de ce procès historique, dont le verdict définitif sera donné dans les mois à venir…Affaire à suivre.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page