USA: Jim Mattis démissionne du poste de ministre de la Défense

Jim Mattis

Le Secrétaire américain à la Défense Jim Mattis a présenté jeudi sa démission, confirmant une annonce faite dans la journée par le président Donald Tump sur Twitter.

Dans une lettre adressée au président américain et rendue publique par le Pentagone, M. Mattis fait état de divergences avec le locataire de la Maison Blanche. “Parce que vous avez le droit d’avoir un ministre de la Défense dont les vues sont mieux alignées sur les vôtres (…) je pense que me retirer est la bonne chose à faire”, écrit M. Mattis.

L’ancien général des Marines affirme que “la force de notre nation est inextricablement liée à la force de notre système unique et complet d’alliances et de partenariat”. Cette démission intervient au lendemain de l’annonce du retrait militaire américain de Syrie, auquel le secrétaire à la Défense était opposé.

→ Lire aussi : Le premier ministre belge démissionne

“Comme vous, j’ai dit depuis le début que les forces armées des Etats-Unis n’avaient pas pour vocation à être le gendarme du monde”, ajoute-il, en référence à la justification par M. Trump de retirer au plus vite les 2.000 soldats américains déployés en Syrie.


Mais “il faut traiter les alliés avec respect”, relève-t-il, et “nous devons faire tout notre possible pour favoriser un ordre international propice à notre sécurité, notre prospérité et nos valeurs, et nous sommes renforcés dans cet effort par la solidarité de nos alliances”.

Plus tôt dans la journée, le président Trump avait indiqué, sur Twitter, que M. Mattis quitterait ses fonctions fin février. La démission de M. Mattis est la dernière d’une série de départs de plusieurs hauts responsables de l’administration Trump.

Elle intervient quelques jours après celle du chef de cabinet de la Maison Blanche, John Kelly. En plus de ses compétences sur le terrain, M. Mattis était connu comme un faucon sur le dossier iranien et un critique de l’administration Obama, qui l’avait contraint à quitter son poste de commandant général du Commandement central américain en 2013.