USA: Le glacier Muldrow se déplace à une vitesse alarmante

glacier Muldrow

Le glacier Muldrow, situé sur le versant nord du Denali en Alaska, avance d’environ 20 mètres par jour, soit 100 fois plus vite que sa vitesse habituelle.

Se produisant une fois tous les demi-siècles, ce phénomène, appelé “Surge glaciaire”, a inquiété les glaciologues américains, qui se sont empressés pour l’étudier à l’aide d’imagerie satellitaire, de photographie aérienne spécialisée et de systèmes de positionnement global soigneusement placés sur la glace en mouvement.

Tandis que les surges glaciaires ne durent normalement que quelques mois, la plupart d’entre elles se produisant sur des glaciers éloignés et n’étant détectées qu’une fois achevées, celle du Muldrow a été vite repérée parce qu’elle concerne le parc national du mont Denali, plus haut sommet d’Amérique du Nord. “Le glacier est entièrement fissuré”, a déclaré au New York Times, Chad Hults, géologue régional de l’Alaska au service du parc, qui a atterri sur le Muldrow à la fin du mois de mars afin de mettre en place un équipement permettant de mesurer la vitesse et d’autres caractéristiques de cette surge.

“La glace était tellement brisée qu’il était difficile de trouver un endroit pour faire atterrir l’hélicoptère”, a souligné M. Hults qui a participé à une étude sur le Muldrow il y a vingt ans, alors que le glacier était calme et relativement facile à traverser. “Les fracas des collisions dus à la rupture et à la chute de glace pouvaient être entendus, même au-dessus du bruit du moteur de l’hélicoptère”, a-t-il ajouté. Etant donné que ce phénomène concerne seulement environ 1% des glaciers dans le monde et que des décennies peuvent s’écouler entre deux surges, les scientifiques n’ont pas été en mesure de l’étudier suffisamment pour bien comprendre les raisons de son déclenchement ou pour évaluer l’impacte du changement climatique sur les surges.

Mark Fahnestock, glaciologue à l’Université d’Alaska Fairbanks, a pour sa part indiqué que “les changements dans l’équilibre de masse entre le haut et le bas du glacier jouent un rôle critique dans les surges. Au fil du temps, la glace s’accumule dans les étendues les plus hautes et les plus froides et se perd dans les étendues inférieures et plus chaudes”. “Le réchauffement climatique cause moins d’accumulation de glace et plus de fonte, il est donc susceptible d’avoir un impact”, a précisé M. Fahnestock, notant qu’il est normal de constater des effets, en particulier en Alaska, où la perte de masse est si élevée.


La dernière surge glaciaire du Muldrow remonte à 64 ans et se reproduit environ tous les 50 ans, selon des recherches menées dans la région sur ce phénomène. La communauté scientifique a anticipé ce phénomène. Cependant, elle examine toujours ce qui aurait pu le déclencher.

( Avec MAP )