USA: quelque 10.000 migrants clandestins expulsés en trois semaines

migrants clandestins

L’administration Trump a expulsé environ 10.000 migrants clandestins vers le Mexique et d’autres pays en moins de trois semaines depuis qu’elle a imposé ses restrictions à l’immigration les plus strictes à ce jour en réponse à l’épidémie de coronavirus, ont révélé des responsables de l’administration américaine.

Les mesures d’urgence de santé publique adoptées pendant l’épidémie de coronavirus ont donné aux services des douanes et de contrôle des frontières des États-Unis (CBP) un large pouvoir pour contourner les lois sur l’immigration en vigueur en temps normal. Ces mesures ont permis à l’agence fédérale de refouler rapidement la plupart des migrants non autorisés – les renvoyant de l’autre côté de la frontière américano-mexicaine.

Selon des responsables du CBP, ces mesures ont considérablement réduit le nombre de détenus dans les postes frontaliers, où ils craignent que le coronavirus ne se propage. Le CBP a moins d’une centraine de migrants clandestins en détention actuellement, contre près de 20.000 à la même période l’année dernière durant la crise frontalière, d’après les mêmes sources.

Les responsables de l’administration ont expliqué qu’ils agissaient pour protéger la population américaine conformément aux directives des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). “Il ne s’agit pas d’immigration“, a affirmé à plusieurs reprises à la presse le commissaire par intérim du CBP, Mark Morgan. “Pour l’instant, il s’agit uniquement de maladies infectieuses et de santé publique“, a-t-il dit.