A LA UNESociété

Vaccin anti-Covid-19 : « La troisième dose est une urgence »  

Alors que plusieurs pays dans le monde ont déjà commencé à administrer une troisième dose à leur population, le Maroc s’apprête à emboîter le pas. Pourquoi une troisième dose ? Sera-t-elle suffisante ? Est-elle nécessaire pour tous ? Eclairages du médecin et chercheur dans les systèmes de Santé, Dr. Tayeb Hamdi. 

La nécessité de l’administration d’une troisième dose au Maroc a été confirmée par plusieurs chercheurs. D’ailleurs, elle a été déjà autorisée dans plusieurs pays, notamment les Etats-Unis et le Royaume-Uni, particulièrement pour les plus de 65 ans et les personnes « à risque ».

Contacté par MAROC DIPLOMATIQUE, Dr. Tayeb Hamdi a affirmé que l’administration d’une troisième dose au Maroc est une nécessité, voire une urgence pour les personnes vulnérables qui ont des maladies chroniques « car leur système immunitaire ne répond pas efficacement aux vaccins ».

Les variants compliquent la situation épidémiologique 

Les variants de covid-19 ont compliqué les campagnes de lutte contre la Covid-19. Selon le médecin, avec l’apparition de ces variants, « nous avons de plus en plus d’affaiblissements d’efficacité des vaccin. Cela engendre plus de décès». D’après les chiffres avancés par Dr. Hamdi, « parmi les décès de covid-19 aux Etats-Unis, il y a 99,5% de non vaccinés et 0,5 % de vaccinés, ayant des maladies chroniques ou un état de santé vulnérable. Au Royaume Uni, il y a une semaine, ils ont dévoilé les chiffres du mois de janvier au mois de juillet 2021, ils ont enregistré 51.000 décès de covid-19, dont 256 décès de personnes vaccinées ». Ces chiffres confirment, selon lui, que la vaccination protège bien contre le virus. Il a noté, également, que ces 0,5% de décès vaccinés représentent les personnes âgées, vulnérables ou qui ont des maladies chroniques. En effet, les variants de la Covid-19 affaiblissent le système immunitaire et affectent l’efficacité des vaccins, surtout chez les catégories vulnérables, qui sont les plus touchées, même si elles sont vaccinées.  Ce qui nécessite d’administrer une troisième dose au plus vite.

Une troisième dose sera-t-elle suffisante ? 

« Ce qui est sûr, c’est que la troisième dose constitue une nécessité pour les personnes vulnérables, mais on ne peut pas savoir si elle est suffisante ou pas », a répondu le chercheur, soulignant qu’avec l’évolution et les mutations rapides du virus, « nous ne pouvons pas décider clairement de cette question ».

Généralement, après les trois doses, l’immunité est boostée et renforcée. Dr. Hamdi a noté, dans ce sens, qu’un débat scientifique est lancé sur la possibilité de généraliser le rappel vaccinal sur certaines catégories qui n’ont pas de maladies chroniques. Toutefois, il a signalé qu’il y aura certainement des exceptions et des corps qui ne vont pas répondre aussi parfaitement au vaccin même avec les trois doses.

C’est pour quand au Maroc ? 

Tout le monde s’interroge sur ce rappel vaccinal. Pour le cas du Maroc, le chercheur a indiqué qu’il faut commencé à administrer une troisième dose aux personnes âgées, vulnérables, ainsi que les personnes en première ligne de la lutte anti-covid-19, notamment les professionnels de la santé. Pour les autres catégories, il a précisé qu’il est bien trop tôt pour commencer cette opération et a recommandé d’attendre jusqu’au début de 2022, afin de nous intégrer dans le principe d’équité instauré par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Rappelons que l’organisation onusienne a refusé d’élargir à l’échelle mondiale des doses de rappel de vaccins anti-Covid jusqu’à la fin de cette année, en raison de « l’inégalité » constatée dans leur distribution.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page