Venezuela: L’Assemblée nationale juge illégitime le second mandat présidentiel de Maduro

Nicolas Maduro

L’Assemblée nationale du Venezuela (Parlement), seul organe contrôlé par l’opposition, a déclaré, samedi, illégitime le second mandat du président Nicolas Maduro, qui doit commencer le 10 janvier prochain.

“Nous réaffirmons le caractère illégitime de Nicolas Maduro (…). A partir du 10 janvier il usurpera la Présidence et cette Assemblée nationale est en conséquence la seule représentation légitime du peuple”, a déclaré le nouveau président de l’Assemblée, Juan Guaido, à l’issue d’un vote à portée symbolique au niveau de cet organe.

Le vote intervient au lendemain d’une décision similaire prise par plusieurs pays membres du groupe de Lima, qui étaient en conclave dans la capitale péruvienne.

Lire aussi : Venezuela: Le Groupe de Lima ne reconnaît pas la légitimité du second mandat de Maduro


Vendredi, les gouvernements d’Argentine, du Brésil, du Canada, du Chili, de Colombie, du Costa Rica, du Guatemala, de Guyana, du Honduras, du Panama, du Paraguay, de Sainte-Lucie et du Pérou ont indiqué qu’ils ne reconnaissent pas la légitimité du second mandat de Maduro, en l’invitant à ne pas prendre ses fonctions.

Dans une déclaration finale ayant sanctionné leur réunion à Lima, les pays membres de ce groupe ont exprimé leur condamnation “ferme et sans équivoque de la rupture de l’ordre constitutionnel et de l’état de droit au Venezuela”, en soulignant que “seul un rétablissement complet de la démocratie et le respect des droits de l’homme” permettront de faire face à la crise politique, économique, sociale et humanitaire que traverse le pays.

Le Venezuela est confronté depuis 2014 à une crise économique et sociale inédite qui a contraint, selon l’ONU, trois millions de personnes à prendre le chemin de l’exil à travers le monde.

La Colombie accueille le plus grand nombre avec plus d’un million de personnes, suivie du Pérou (500.000) de l’Équateur (plus de 220.000), l’Argentine (130.000), le Chili (plus de 100.000) et le Brésil (85.000).