Venezuela: Les Etats-Unis “condamnent fermement” la détention d’un proche de Juan Guaido

Juan Guaido

Les États-Unis “condamnent fermement” la détention de Juan Jose Marquez, oncle du président intérimaire Juan Guaido, et “demandent sa libération immédiate”, a indiqué samedi le département d’Etat.

Dans un communiqué, la porte-parole du département d’Etat Morgan Ortagus a fait savoir que “Diosdado Cabello, chef de l’assemblée constitutionnelle illégitime, affirme que Marquez avait introduit en contrebande des matières explosives à bord du vol international direct depuis le Portugal, après avoir subi les contrôles de sécurité et les protocoles de sécurité de l’aéroport de Lisbonne”.

“La compagnie aérienne, TAP Air Portugal, a affirmé publiquement qu’il est “impossible” de voyager avec des explosifs”, a souligné Mme Ortagus.

“Les accusations absurdes qui ont été avancées illustrent davantage le désespoir croissant de Maduro et de ses associés corrompus. La production de preuves pour justifier des détentions arbitraires et motivées par des considérations politiques est un outil courant de l’ancien régime illégitime de Maduro. Nous l’avons vu utilisé contre Roberto Marrero, Juan Requesens, Gilber Caro et Ismael Leon, qui représentent aujourd’hui une petite partie des plus de 350 prisonniers politiques au Venezuela”, a poursuivi la porte-parole du département d’Etat.

“De tels actes déplorables ne font que retarder la résolution de la crise tragique au Venezuela que Maduro et ses collaborateurs insistent pour perpétuer”, a-t-elle souligné.


“Ces actions ignobles de l’ancien régime de Maduro – détenir des civils innocents et inventer de fausses accusations – sont malheureusement typiques”, a-t-elle fait observer. “Plutôt que de respecter l’état de droit, Maduro et ses associés suivent des pratiques mafieuses, intimidant l’opposition en ciblant les membres de leur famille”, a-t-elle ajouté.

Selon Washington, en 2019, 2 219 arrestations arbitraires ont été signalées au Venezuela, et plus de 15 000 ont été signalées de 2014 à 2019.

“Les États-Unis condamnent les milliers de meurtres, d’attaques et de détentions arbitraires qui ont eu lieu au Venezuela. Nous soutenons les familles des victimes pour exiger justice et responsabilité”, a relevé Mme Ortagus.

“Nous tiendrons Nicolas Maduro et ceux qui l’entourent pleinement responsables de la sécurité et du bien-être de la famille du président par intérim Guaido et de tous ceux qui défendent la démocratie au Venezuela”, a-t-elle prévenu.