(VIDÉO). Affaire Hamidine : Amina Bouayach déclare que la prescription ne concerne pas les procès des Droits de l’homme

Interrogée sur l’affaire Hamidine, Amina Bouayach, présidente du Conseil National des Droits de l’homme (CNDH), a répondu qu’il n’y avait pas de délai de prescription dans les affaires des Droits de l’homme. « Il faut respecter la demande de la famille du défunt » puisque « dans les procès en relation avec les Droits de l’homme, il n’y a pas de délai de prescription », a-t-elle déclaré lors de l’émission «  شباب_VOX » présentée par la chaîne MEDI1 TV.  

« Je pense que nous devons avoir confiance dans le système judiciaire, car celui-ci peut aussi statuer en faveur de l’accusé », a-t-elle ajouté, précisant que « la justice n’a pas encore tranché dans cette affaire ».

→Lire aussi : Affaire Hamieddine : Nouveau report du procès au 19 mars

Rappelons que la chambre criminelle de la Cour d’appel de Fès a décidé de reporter, mardi 12 février dernier, le procès de Abdelali Hamidine, l’un des dirigeants du parti de la justice et du développement (PJD), poursuivi pour sa « participation à un homicide volontaire », pendant l’assassinat en 1993 de l’étudiant gauchiste Mohamed Aït Ljid Benaïssa. La prochaine audience aura lieu le 19 mars prochain.