Violence policière: Trudeau favorable aux caméras corporelles

caméras corporelles

Le Premier ministre Justin Trudeau s’est dit, lundi, favorable au port de caméras corporelles par les policiers dans le sens d’une plus grande transparence des services de sécurité.

“Les caméras corporelles représentent un élément de transparence et de reddition de comptes. Je crois que ce serait très important pour les corps policiers du pays”, a affirmé M. Trudeau lors d’une conférence de presse à Ottawa.

Le gouvernement canadien, a-t-il dit, s’emploie à mettre en place de nouvelles mesures pour lutter contre le racisme systémique au pays.

“Je suis là pour écouter les revendications des Canadiens noirs. Je vous entends dénoncer la discrimination systémique, le racisme, les préjugés inconscients qui persistent chez nous. Et je suis prêt à passer à l’action”, a-t-il expliqué.

Il a ajouté que le port de caméra par des policiers sera au menu des discussions avec ses homologues des provinces au cours de cette semaine. Les manifestations contre le racisme et la violence policière se poursuivent au Canada, dans la foulée de la mobilisation qui a gagné le monde en réaction à la mort de George Floyd sous le genou d’un policier à Minneapolis.


Le chef de l’exécutif a, en outre, fait part d’une exemption limitée pour permettre à des membres de la famille immédiate de citoyens ou de résidents permanents d’entrer au Canada.

Dans le souci de mettre un terme à la séparation de familles causée par les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus, l’exécutif souhaite mettre un terme à la séparation familiale et permettre à des conjoints, des enfants et des parents d’enfants mineurs de se réunir.

A cet effet, Le Premier ministre a exigé la démarche d’isolement de toutes les personnes pendant 14 jours après leur arrivée en sol canadien.