Voix d’or et de velours: Fusion de Maâlem Hamid El Kasri & Susheela Raman

Susheela Raman

Samedi 22 juin, la 22ème édition invitera le public au voyage avec une fusion inédite entre la chanteuse britannique d’origine tamoule Susheela Raman et le Maâlem Hamid El Kasri.

Deux artistes à l’audace musicale reconnue, deux voix exceptionnelles et deux univers empreints de spiritualité : La voix envoûtante de Susheela Raman, qui explore les genres à travers les continents, croisera le talent charismatique de Maâlem Hamid El Kasri, pour se parler, fusionner et nous enchanter.

Chanteuse et compositrice, Susheela Raman est native de Londres, de parents tamouls. Elle a grandi en Australie où ses parents ont entretenu son lien avec l’Inde en lui faisant étudier la musique carnatique (chant classique du sud de l’Inde). Adolescente, elle s’est plongée dans la soul, le blues et le rock avant d’aller explorer une tradition différente de la musique indienne : les chants extatiques dévotionnels tamouls.

Susheela a multiplié ses voyages en Inde, où elle passe chaque hiver, pour y récolter des graines fertilisantes pour sa musique, une fusion fourmillante d’inventions, conçue avec son compagnon et guitariste Sam Mills.

Qualifiée par le journaliste Patrick Labess du quotidien Le Monde comme une artiste d’une intensité « tellurique » et « magnétique », Susheela évolue entre les genres et au-delà des frontières avec une grâce déconcertante. Avec plus de 7 albums à son actif, Susheela propose un univers musical qui se décline en un groove ethno-pop souvent rock’n’roll.


Face au charisme, l’expérience et à la voix singulière du Maâlem Hamid El Kasri, cette fusion saura apporter une belle dimension pour une rencontre musicale envoûtante !

→ Lire aussi : Tinariwen : La cité des alizés accueille les princes du désert !

Samedi 22 juin

@Scène Moulay Hassan


20h00 : Maâlem Abderrazak El Hader

21h10 : Susheela Raman

22h20 : Maâlem Hamid El Kasri

23h40 : Fusion Maâlem Hamid El Kasri & Susheela Raman


BIOGRAPHIES DES ARTISTES :

Susheela Raman

UK & Inde

Native de Londres et de parents tamouls, Susheela Raman a grandi en Australie et s’est mise au chant classique du sud de l’Inde à un âge très précoce. Elle a très tôt voulu préserver la culture tamoule. Chanteuse et compositrice, elle évolue entre les genres et au-delà des frontières avec une grâce déconcertante. Susheela Raman a cette capacité rare de sauter de la langue du sanskrit à une reprise du groupe Throbbing Gristle en passant par une de ses propres compositions aux envoûtantes sonorités. Entre le mélancolique et l’expérimental, Susheela Raman livre un univers musical tout à fait particulier au caractère magique et énigmatique.


Avec son complice et guitariste de toujours Sam Mills, Susheela se lance dans une série d‘œuvres transculturelles ambitieuses. Albums et projets qui explorent souvent différentes dimensions de la musique sud-asiatique, qu’elles soient classiques, folkloriques ou contemporaines. Son dernier album « Ghost Gamelan » sorti en 2018 est la collaboration ambitieuse avec des musiciens indonésiens et le compositeur contemporain javanais Gondrong Gunarto.

Cet album est caractérisé par les sonorités étranges du Gamelan, ensemble d’instruments typique des musiques de Bali et de Java, joué principalement sur des gongs, percussions et xylophones en métal. Susheela Raman transporte dans un monde captivant et hanté de présences ancestrales qui appelle à la transe et à la possession. Le chant de Susheela Raman invite à des méditations sur le changement, la transformation et la mortalité des êtres vivants.

Maâlem Hamid El Kasri

Maroc


Hamid El Kasri est né à Ksar El Kébir en 1961, dans le nord du Maroc. Il est formé dès l’âge de 7 ans par les maâlems Alouane et Abdelouahed Stitou, mais sa passion lui vient du mari de sa grand-mère, ancien esclave soudanais. Son talent lui permet de concilier les rythmes Gnaoua du Nord et du Sud du Maroc. Il doit sa réputation à sa voix, profonde et intense.

Cette même voix fait de lui l’un des maâlems les plus appréciés et les plus sollicités. Grand habitué du Festival Gnaoua et Musiques du Monde, il créa l’évènement en 2004 avec feu Joe Zawinul, l’illustre pianiste autrichien, en présentant une des fusions les plus marquantes du Festival.

Lors de l’édition 2010, Hamid El Kasri a présenté « Yobadi », un album de fusions, fruit d’une collaboration étroite avec Karim Ziad. Et en 2011 à Essaouira, il a enchanté le public du Borj lors de son concert exceptionnel avec Hamayun Kahn et Shahin Shahida.