A LA UNECe que je pense

Votons massivement sinon nous n’aurons que le droit de nous taire !

Nous devons voter !

Aujourd’hui, l’enjeu est capital, Après une dizaine d’années de gouvernement à majorité islamiste, il est temps de faire un choix qui s’avère être décisif. N’oublions pas que la question centrale est : Quelle société nous voulons à l’avenir, pour nous et pour nos enfants ? Le Maroc que nous voulons se construit aujourd’hui et il est temps de décider pour quel Maroc nous voulons nous battre.

Il est évident qu’avec des candidats dont la crédibilité est loin d’être la vertu la plus partagée, nous sommes de plus en plus déçus, méfiants et dégoûtés. D’où le désintérêt total pour les urnes, trame de fond au Maroc.

Et pourtant nous devons voter !

Si nous sommes vraiment conscients de ce qui se passe, aujourd’hui, dans notre pays, si nous voulons vraiment changer les choses comme nous n’arrêtons pas de le dire, si nous aspirons à un Maroc qui appartient à tous et qui respecte les droits et la dignité de tous sans exception, si … si …la seule issue qui s’impose est le vote. Nous ne savons pas pour qui voter ? Nous avons perdu confiance en nos élus ? J’en conviens, mais l’enjeu est de taille. Il y va de l’avenir et de la stabilité de notre Maroc. Votons ! Choisissons le moins pire de tous les partis ! Mettons les sentiments de côté et votons utile ! Mais soyons présents et acteurs de notre vie. Soyons solidaires pour une fois et ne nous dispersons pas ! Ne laissons pas une minorité décider de notre sort parce qu’après, nous n’aurons que l’amertume des regrets. N’oublions pas que les élus ne sont que le résultat de notre vote ou non vote.

Je sais, vous allez me dire pour qui ? Pour le moins pire je dirais, en attendant que le meilleur le remplace. Mais votons ! Toutes les opinions péremptoires ne disent plus rien qui vaille. Tout sonne faux et la confiance a décampé. La ressusciter relève presque de l’impossible. Voter ? Ne pas voter ? Telle est la question existentielle aujourd’hui, chez plusieurs parmi nous.

Nous nous disons que nous ne leur donnerons plus jamais notre voix pour les sanctionner, nous boycottons, nous ne votons pas, nous oublions qu’il y a une masse qui le fait béatement à notre place. Par la suite, nous prenons un coup de poing dans la gueule, nous avalons notre langue et nous nous en mordons les doigts pendant cinq longues années.

Il est de notre devoir de voter !

Si nous ne pouvons pas élire le meilleur, que ce soit le moins mauvais ! Au moins, ne laissons pas le terrain libre aux rapaces et aux sangsues qui se nourrissent du sang du peuple. Les choses ne changeront pas radicalement du jour au lendemain mais tentons et persistons pour …nos enfants

Votons en masse pour arrêter les dégâts que nous traînerons encore pour longtemps. Voter est le seul moyen pour essayer de sauver ce qui reste à sauver. Votons pour nous, pour l’avenir de nos enfants, pour notre Maroc.

Loin d’être un exploit ou un acte de vaillance, voter est un devoir de nation dont chacun de nous doit s’en acquitter pour honorer sa citoyenneté.

Qu’on le veuille ou non, le pjd a en cela, un point fort qu’aucun autre parti ne peut prétendre avoir. Sa discipline, son organisation, la solidarité de ses membres et leur fidélité à leur parti jouent en leur faveur dans le processus électoral au moment où les autres partis politiques jouent à la cigale. Le taux de participation au vote nous montre que nous autres excellons dans les grands discours mais ne bougeons pas le petit doigt pour changer les choses. Heureusement qu’il y a tout de même une minorité animée par son engagement envers la patrie. N’est-ce pas l’abstentionnisme qui nous a plongés dans le chaos pendant des années ?

Il faudra aller voter en masse, sans état d’âme, pour un vote utile. Sinon, bon appétit à nous tous !

Souad Mekkaoui

Souad Mekkaoui est la Directrice de la Rédaction de « Maroc diplomatique ». Une passion pour l’écriture et un irrésistible désir de communiquer. Auparavant professeur de langue française, écrivaine et aujourd’hui journaliste en charge de « Maroc diplomatique » dans ses versions écrite et numérique, Souad Mekkaoui, auteure de Plus forte que la souffrance et Femmes au purgatoire, elle est aussi une femme engagée avec sa plume contre les abus de tous genres, sociétaux et moraux. Son style s’inspire de l’impertinence, il nous livre en revanche une vision pertinente des choses, il questionne…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page