Washington promet de nouvelles mesures après la mort de deux enfants migrants

migrants

Les autorités américaines se sont engagées, mercredi, à prendre de nouvelles mesures sanitaires dans leurs centres de rétention pour migrants, surchargés par l’afflux de familles et d’enfants, après la mort de deux enfants migrants .

La mort d’un petit guatémaltèque de 8 ans pendant la nuit de Noël est survenu à peine plus de deux semaines après la mort d’une fillette guatémaltèque de 7 ans à El Paso, au Texas, également détenue par les autorités américaines.

Les causes exactes de son décès n’ont pas été établies mais les autorités ont promis un “examen indépendant et approfondi des circonstances” de ce drame.

Prévenu, le Guatemala, pays d’origine de l’enfant, a demandé “aux autorités américaines une enquête transparente et sérieuse sur cette affaire”.

→ Lire aussi : Etats-unis: Des centaines de migrants Centraméricains tentent de franchir la frontière


Ce deuxième décès d’un enfant interroge sur les conditions de détention des immigrés clandestins alors que Donald Trump a fait de la lutte contre l’immigration illégale son cheval de bataille.

Les autorités ont reconnu être démunies face à l’arrivée de milliers de migrants dans des structures inadaptées. “Le phénomène auquel nous assistons aujourd’hui est relativement nouveau avec une population de migrants composée à 60% d’enfants et de familles. Et notre système n’a pas été conçu pour y faire face”, ont indiqué à la presse des responsables du ministère de la Sécurité Intérieure.

“Nous avons besoin de l’aide du Congrès. Nous avons besoin de financement pour les soins médicaux et de santé mentale pour les enfants dans nos structures”, a déclaré mercredi sur la chaîne CBS Kevin McAleenan, l’un des principaux responsables du ministère.

Critiquées, les autorités ont également promis la mise en place pour “tous les enfants” détenus à la frontière d’un “examen médical approfondi”.


“C’est un supplément à l’examen préliminaire qu’ils reçoivent tous lors de la prise en charge pour la recherche de signes de maladie”, ont indiqué des responsables de la Sécurité Intérieure.