Washington sanctionne quatre ressortissants étrangers pour leur ingérence dans les élections

Trump

Le département du Trésor américain a annoncé jeudi qu’il sanctionnait un législateur ukrainien lié à l’avocat personnel du président Donald Trump, Rudy Giuliani, l’accusant d’être un espion russe impliqué dans les efforts d’ingérence de Moscou lors des élections de 2020.

Le législateur ukrainien controversé, Andrii Derkach, a déjà été signalé plus tôt cet été par la communauté du renseignement américain pour avoir aidé les efforts en cours de Moscou pour affaiblir le candidat démocrate, l’ancien vice-président Joe Biden.

Désormais, l’ancien membre d’un parti pro-russe qui a rencontré Giuliani en Ukraine l’année dernière a été ajouté à une liste de ressortissants spécialement désignés, ce qui signifie que ses avoirs ont été bloqués et que “les Américains ne sont généralement pas autorisés à traiter avec eux”, selon le département du Trésor.

“Andrii Derkach et d’autres agents russes utilisent la manipulation et la tromperie pour tenter d’influencer les élections aux États-Unis et ailleurs dans le monde”, a déclaré jeudi le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, dans un communiqué.

“Les États-Unis continueront à utiliser tous les outils à leur disposition pour contrer ces campagnes de désinformation russes et maintenir l’intégrité de notre système électoral”, a-t-il ajouté.


Les trois ressortissants russes sanctionnés – Artem Lifshits, Anton Andreyev et Darya Aslanova – travaillent pour l’usine de trolls russe connue sous le nom d’Internet Research Agency (IRA). Les procureurs américains ont allégué que l’IRA s’était mêlée de l’élection présidentielle de 2016.

Par ailleurs, le géant de la technologie Microsoft a révélé le jour-même que des pirates informatiques russes, chinois et iraniens ont tous tenté de pirater des personnes et des organisations impliquées dans l’élection présidentielle américaine de 2020.

“L’activité que nous annonçons aujourd’hui montre clairement que les groupes d’activités étrangers ont intensifié leurs efforts en vue de l’élection de 2020”, a indiqué Microsoft dans un message sur son site Web.

Microsoft a fait savoir que les mêmes pirates russes impliqués dans les élections de 2016 avaient récemment ciblé des partis nationaux et étatiques aux États-Unis et des consultants travaillant pour les républicains et les démocrates. Microsoft a ajouté que les tactiques des Russes avaient évolué depuis 2016 et incluaient probablement des attaques automatisées de “force brute”.


Le rapport indique que le groupe russe a ciblé plus de 200 organisations, dont beaucoup, selon Microsoft, “sont directement ou indirectement affiliées aux prochaines élections américaines ainsi qu’aux organisations politiques en Europe”.

Microsoft n’a pas précisé le nombre d’organisations ciblées par des groupes chinois et iraniens.

Des hackers chinois ont ciblé la campagne du vice-président Joe Biden et au moins une personne anciennement associée à l’administration du président Donald Trump.

Et entre mai et juin de cette année, a déclaré Microsoft, des pirates iraniens ont tenté de se connecter aux comptes des responsables de l’administration Trump et du personnel de campagne du président.