YouTube pour supprimer des milliers de vidéos présentant des vues extrêmes

YouTube

YouTube a annoncé, mercredi, son intention de supprimer des milliers de vidéos et de chaînes prônant le néo-nazisme, la suprématie blanche et d’autres idéologies sectaires dans le but de mettre fin à l’extrémisme et au discours de la haine diffusés sur son service populaire.

La nouvelle politique interdira “les vidéos alléguant qu’un groupe est supérieur afin de justifier une discrimination, une ségrégation ou une exclusion“, a déclaré la société dans un blog. L’interdiction portera également sur des vidéos niant que des incidents violents, tels que le tir de masse à l’école primaire Sandy Hook dans le Connecticut, aient eu lieu.

YouTube n’a pas nommé de chaînes ni de vidéos spécifiques qui seraient interdites.

C’est notre responsabilité de protéger et d’empêcher que notre plate-forme ne soit utilisée pour inciter à la haine, au harcèlement, à la discrimination et à la violence“, a souligné la filiale de Google.

→ Lire aussi : YouTube est coresponsable des violations de droits d’auteur


La décision de YouTube est la dernière action d’une société de la Silicon Valley visant à enrayer la propagation du discours de haine et de la désinformation sur son site. Il y a un mois, Facebook a expulsé sept de ses utilisateurs les plus controversés, dont Alex Jones, théoricien du complot et fondateur d’Infowars. Twitter a interdit M. Jones l’année dernière.

Les réseaux sociaux avaient essuyé des critiques pour leur réaction tardive à la diffusion de contenus faux ou incitant à la haine. Dans le même temps, ils sont accusés par le président Trump et d’autres de censurer les opinions de droite.

Mardi, YouTube a déclaré qu’un important youtuber de droite ayant proféré des insultes raciales et homophobes pour harceler un journaliste dans des vidéos sur la plateforme n’avait pas enfreint ses règles, provoquant une tempête de critiques en ligne, accusant notamment le réseau social de donner carte blanche à certains des youtubers populaires.

Dans les vidéos, Steven Crowder, commentateur conservateur comptant près de quatre millions d’abonnés à YouTube, a insulté à plusieurs reprises Carlos Maza, un journaliste de Vox. M. Crowder a utilisé des insultes sur l’appartenance ethnique et l’orientation sexuelle de M. Maza. Le youtuber a déclaré que ses commentaires étaient inoffensifs et YouTube a jugé qu’ils n’enfreignaient pas ses règles.


“Les commentaires peuvent être profondément offensants, mais s’ils ne violent pas nos politiques, ils resteront sur notre site”, a déclaré YouTube dans un communiqué.