Zagora abrite la 14è édition du Festival international du film transsaharien, du 30 novembre au 4 décembre

 La 14è édition du Festival international du film transsaharien (FIFT) se tiendra, du 30 novembre au 4 décembre, à Zagora sous le signe “Le cinéma, l’eau et la vie”.

En harmonie avec le thème choisi pour cette édition, les organisateurs prévoient une série de films de différentes régions du monde traitant de la question de l’eau, en tant que denrée vitale pour les communautés, ainsi que les différentes manières pour faire face “à ce genre de problématiques menaçant le monde dans les prochaines décennies”.

L’édition 2017 sera marquée par la présence en tête du jury de la compétition officielle des longs-métrages du réalisateur burkinabé et Palme d’or de Cannes Idrissa Ouedraogo qui départagera les films en lice, en compagnie du réalisateur et acteur marocain Driss Roukh, la réalisatrice yéménite Khadija Assalami, le critique irakien et docteur en sciences du cinéma Taher Alwan, de l’acteur marocain Yassine Ahajjam et de la réalisatrice française des films documentaires Chloé Bruat, indique un communiqué des organisateurs.

Le jury de la compétition officielle aura à départager des films appartenant à différents pays tels l’Inde, le Kazakhstan, la Hongrie, l’Irak, le Liban, l’Egypte, le Burkina Faso, le Mali, la Tunisie, l’Iran, les Emirats arabes unis et le Sénégal.


Né en 1954, Idrissa Ouedraogo éprouve dès son jeune âge un grand engouement pour le cinéma, ce qui l’emmènera du Burkina Faso à Moscou, Kiev, puis Paris, dans un itinéraire d’études et de recherches cinématographiques avant de réaliser son premier court-métrage “Poko” qui obtient le prix du meilleur court-métrage au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO).

Débuta ainsi une carrière cinématographique inédite avec son film “Yaaba” qui remporte, en 1989, le prix de la critique au festival de Cannes (France), manifestation qui le verra aussi se distinguer, une année après, par l’intermédiaire d’un autre long-métrage “Tilai” en 1990, remportant cette fois-ci le grand prix du jury.

Par ailleurs, la 14è édition du FIFT de Zagora compte également le prix de la Fédération africaine de la critique cinématographique, dont le jury est composé par Ayetan Kodjo Ognandou du Togo (président), Mbengue Mouhamadou Abdou Rahmane (Sénégal) et Yeo M’Bah Aboubacar (Côte d’Ivoire (membres).

Le jury de la compétition du scénario sera, quant à lui, présidé par le romancier et scénariste marocain Miloudi Chaghmoum, et composé de Ibraim Ilam, scénariste de films documentaires, l’écrivain Mohamed El Hafidi et le poète et écrivain marocain résidant en Belgique Taha Adnan.


Les thèmes généralement soulevés dans ce concours ont un rapport avec la vie nomade, l’eau, l’environnement, la vie oasienne et le désert, indique la même source.

Dans l’objectif d’encourager les jeunes réalisateurs de la région de Drâa-Tafilalet, les organisateurs ont décidé de créer une compétition des courts-métrages, dont le jury sera composé du réalisateur marocain Abdesslam Laglaai, Aymen Jlili, président de la fédération du cinéma amateur et du festival du film amateur de Kelibia en Tunisie, Marine Guizy, directrice de photo (France) et Hafid El Aissaoui, critique et ex président de la Fédération des cinéclubs (Maroc), outre le dramaturge Said Bachna.