ban600

Des chercheurs marocains réussissent le véritable challenge du bâtiment écolo

Des chercheurs marocains réussissent le véritable challenge du bâtiment écolo

 Construire un bâti plus respectueux de l’environnement, est le véritable challenge que se sont fixés des chercheurs de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (UCAM). Ces derniers ont développé un projet pilote dédié à optimiser la performance énergétique dans le secteur du bâtiment.

Conscient de l’importance de l’efficacité énergétique comme outil pour réduire la consommation d’énergie dans le domaine du bâtiment, qui est l’un des secteurs les plus énergivores avec 25 % de la consommation nationale en la matière, le Centre National d’Etudes et de Recherche sur l’Eau et l’Energie (CNEREE) relevant de l’UCAM a développé ce projet labellisé COP22.

Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre des efforts du CNEREE en matière de recherche scientifique dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, consiste en la construction d’une salle prototype polyvalente énergétiquement efficace et fabriquée en matériaux locaux naturels au sein de l’annexe de la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales à Marrakech.

Réalisée sur une surface de 60 m², cette salle dont sa construction a été financée par l’UCAM pour un coût de 200.000 DH, repose sur une pédagogie innovante basée sur l’usage duplicable et démontable de matériaux locaux non transformés dans, notamment les murs, le sol, la toiture et la fondation permettant d’améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments, d’atténuer le fardeau du coût de l’énergie et de contribuer au développement durable.

Dans une déclaration à la MAP, la directrice du CNEREE et professeur à l’UCA, Laila Mandi, a souligné que ce prototype démonstratif est fabriqué en matériaux locaux naturels (terre, pierre, roseaux) réduisant ainsi son empreinte carbone, ajoutant que la terre, matériau de base de la construction de cette salle, a des qualités hygrométriques intéressantes et procure, par son inertie thermique, un bon confort thermique et aussi acoustique.

Dans ce cadre, Mme Mandi a expliqué que l’éclairage représentant un poste de consommation important dans le secteur du bâtiment, l’utilisation des LED et de l’électricité produite par des panneaux solaires photovoltaïques est très intéressante, poursuivant que l’intégration de panneaux photovoltaïques à cette salle polyvalente la rend autonome en énergie.

C’est le premier projet réalisé au sein de l’Université Cadi Ayyad et probablement au sein de toutes les universités du Royaume, a-t-elle fait savoir, faisant remarquer que ce prototype constitue un modèle de bâtiment énergétiquement efficace qui peut être généralisé pour la construction de classe d’enseignement public.

Le recours aux systèmes de climatisation conventionnels dans le secteur du bâtiment, contribue aux émissions des gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, a déploré la responsable.

A cet effet, elle a signalé que la bonne conception de l’enveloppe du bâtiment, son orientation, le bon choix des matériaux de construction et l’intégration de systèmes passifs de chauffage/climatisation peuvent assurer des conditions d’ambiance intérieures parfaitement acceptables et ainsi réduire la consommation en énergie du bâtiment.

Réalisé par une équipe scientifique composée de chercheurs et professeurs de l’Université Cadi Ayyad, la réalisation de ce projet présente des retombées importantes sur la performance énergétique dans le secteur du bâtiment en contribuant à la réduction de la facture électrique avec un bilan carbone très faible pour la protection de l’environnement et un confort hygrothermique dû à une capacité régulatrice entre la température et l’hygrométrie, outre des avantages bioclimatiques.

Ce projet s’ajoute aux success stories des chercheurs de l’UCAM qui ne cessent de démontrer qu’ils pensent écolo et qu’ils répondent aux appels insistants de la Mère Terre.

Par Meriem IGASS

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire