ban600

Le Pavillon marocain à Bonn: Focus sur les réalisations nationales et les défis à relever pour faire face au changement climatique

Le Pavillon marocain à Bonn: Focus sur les réalisations nationales et les défis à relever pour faire face au changement climatique

Activement présent dans les négociations en cours sur le climat à Bonn, le Maroc l’est aussi dans les événements parallèles de la 23ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC), y voyant une tribune pour mettre en avant les réalisations nationales et les défis à relever pour faire face au changement climatique, un défi planétaire.

A près de 1,4 km de la « Bula zone », où se tiennent les négociations intergouvernementales de la COP23, le Pavillon marocain trône au cœur de la « Bonn zone », espace érigé au bord du Rhin, permettant aux gouvernements, villes, États, entreprises et société civile du monde entier de communiquer sur leurs réalisations concrètes depuis l’Accord de Paris ou encore annoncer de nouvelles initiatives protectrices de l’environnement et d’autres projets de développement durable.

Tout au long des deux semaines de la Conférence, le pavillon national verra se relayer pas moins d’une centaine de participants représentant institutions gouvernementales, opérateurs économiques, secteurs financiers, société civile, Recherche & Développement, pour parler des avancées du Maroc et surtout échanger et discuter avec leurs homologues d’autres pays des moyens de parvenir à des solutions de lutte contre le changement climatique.

« Toutes les initiatives innovantes en matière de recherche et développement, de gestion des ressources en eau ou encore les avancées du Maroc en matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique feront l’objet de présentation et de discussion lors de rencontres thématiques à cette occasion », a confié à la MAP Mme Ouafae Bouchouata, chef du Service Information et Sensibilisation au Secrétariat d’Etat chargé du Développement Durable.

L’éducation et la sensibilisation aux enjeux du changement climatique ne seront pas en reste, selon elle, dans la programmation des événements parallèles qu’abritera jusqu’au 17 novembre le stand marocain à la Conférence de Bonn.

Ces rencontres ont démarré ce mercredi avec une réunion d’échange avec la société civile, invitée à faire part de ses attentes des négociations de la COP 23 et coordonner son action dans la promotion des projets innovants menés par les différentes composantes impliquées dans l’action climatique au niveau national.

L’engagement du Royaume à poursuivre la dynamique enclenchée par l’organisation de la COP 22 à Marrakech et la mobilisation des différents acteurs partenaires, notamment non-étatiques, a été réitéré dès l’ouverture de la Conférence, à la Bula zone, aussi bien par le président sortant de la COP22, M. Salaheddine Mezouar, que par la Secrétaire d’Etat chargée du Développement Durable, Mme Nezha El Ouafi.

En marge des travaux de cette conférence, une galerie marocaine sera ainsi organisée pour présenter les réalisations nationales dans le domaine de lutte contre les changements climatiques, à travers l’organisation d’environ 40 activités parallèles, sous forme d’ateliers qui seront animés par divers acteurs nationaux, avec la participation de certains partenaires internationaux.

Le Secrétariat d’Etat chargé du Développement Durable organisera 7 ateliers de travail axés principalement sur la présentation de la stratégie nationale du développement durable et la mise en oeuvre de la contribution spécifique nationale à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, outre la coopération Sud-Sud, notamment avec le continent africain.

Le Maroc, qui a ratifié la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en 1997, a été le premier pays africain à accueillir ce sommet en 2001 à Marrakech (COP7) qui a permis d’activer les mécanismes du Protocole de Kyoto et renforcer le rayonnement du Royaume à l’échelle internationale, jusqu’à l’organisation réussie de la COP22 à Marrakech et la contribution effective de la délégation marocaine au processus de négociations qui a abouti à la « Proclamation de Marrakech ».

Le Maroc est l’un des pays qui a contribué à l’élaboration spécifique nationale pour lutter contre le réchauffement climatique et limiter les émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 42%. Il a également procédé récemment à l’élaboration d’un plan national proactif d’adaptation et de résistance pour lutter contre les changements climatiques et d’une stratégie de développement sans carbone compatible avec les objectifs et les enjeux environnementaux inclus dans la stratégie nationale du développement durable.

S’y ajoute l’élaboration en cours du plan national et de certains plans régionaux d’adaptation au changement climatique et la mise en place d’une feuille de route pour répondre aux besoins de mise en oeuvre de ce plan, protéger la biodiversité et les écosystèmes, soutenir l’économie verte et réhabiliter le système écologique et agricole dans les zones à oasis, outre la création d’un Centre de compétences de changement climatique au Maroc, en tant que mécanisme pour renforcer les capacités des acteurs nationaux et africains et promouvoir le partenariat international sur le climat.

Entre 25.000 et 35.000 participants, parmi lesquels les représentants de plus de 500 ONG et plus d’un millier de journalistes, sont attendus lors de ce concave mondial sur le climat qui se poursuit jusqu’au 17 novembre dans la ville allemande de Bonn.

Par Envoyée spéciales : Amal TAZI et Fatima TIMJERDINE.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire