758 millions d’adultes à travers le monde sont analphabètes

 Un total de 758 millions d’adultes dans le monde sont analphabètes, dont les deux tiers de femmes, a relevé la directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova.

Dans un message à l’occasion du 50ème anniversaire de la Journée internationale de l’alphabétisation, la responsable onusienne a fait savoir que les analphabètes des deux sexes sont plus exposés aux problèmes de santé, à l’exploitation, aux violation de droits de l’homme, au chômage et sont moins bien payés quand ils ont un emploi.

L’analphabétisme reste synonyme d’exclusion et de pauvreté, a-t-elle ajouté, insistant sur l’impératif de remédier à ce problème.

La responsable, qui s’est réjouie du progrès observé en matière d’alphabétisation et “des avancées notables” en matière de parité des genres, depuis la proclamation, en 1966 par l’UNESCO, de la Journée internationale de l’alphabétisation, a indiqué que le nombre de jeunes adultes non alphabétisés a diminué de 25% entre 1990 et 2015 malgré une forte augmentation de la population mondiale.


Dans ce sens, Mme Bokova estime que le programme de développement durable à l’horizon 2030, constitue une nouvelle vision mondiale de prospérité, de durabilité et de paix, qui se concrétise à travers les 17 objectifs de développement durable, dont l’un consiste à “assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et de promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie”.

La responsable a également souligné que l’alphabétisation est un gage de réussite pour toute la société et est indispensable pour éradiquer la pauvreté, parvenir à l’égalité des genres et bâtir des sociétés plus durables et inclusives.

C’est pourquoi nous procédons aujourd’hui au lancement de l’alliance mondiale pour l’alphabétisation afin de mobiliser des fonds et de promouvoir des initiatives novatrices, en ciblant particulièrement les questions de genre et les nouvelles technologies de l’information et de la communication“, a-t-elle indiqué, notant que “l’alphabétisation est la fondation sur laquelle nous construirons un avenir plus durable pour tous”.