A LA UNE

Affaires Raissouni/Radi : Déclaration conjointe de la FIJ et du SNPM

La Fédération internationale des journalistes (FIJ), première organisation mondiale de la profession représentant 600.000 journalistes dans 150 pays, a assisté le mardi 29 juin 2021 aux côtés de son affilié marocain, le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), aux audiences de la Cour d’Appel de Casablanca dans le cadre des procès où sont impliqués les journalistes Souleymane Raissouni et Omar Radi, en détention préventive.

Le premier est poursuivi pour tentative d’attentat à la pudeur avec violences et séquestration sur un activiste de la communauté LGBT marocain, le second pour viol sur sa collègue, journaliste marocaine. D’ailleurs, pour rappel, la FIJ et le SNPM ont organisé le même jour un sit-in devant la cour d’Appel de Casablanca, en charge des affaires criminelles, quelques minutes avant le début des audiences.

Les 29 et 30 juin 2021, durant 20 heures d’entretiens, la FIJ, représentée par son Secrétaire général, Anthony Bellanger, accompagné de Abdel Kebir Khchichne, le président du Conseil national du SNPM et de Hanane Rihab, la vice-présidente du SNPM chargée des libertés, se sont entretenus à Casablanca avec l’ensemble des parties impliquées dans ces deux affaires, afin de bien appréhender les enjeux qui ont largement dépassé les frontières du royaume.

Ils ont ainsi rencontré :
– Les différents avocats des journalistes incarcérés Souleymane Raissouni et Omar Radi ;
– L’épouse de Souleymane Raissouni, Khouloud Mokhtari ;
– Le père de Omar Radi, Dris Radi ;
-Trois membres du comité « Free Omar Radi », les journalistes Salaheddine Lemaizi et Imed Stitou ainsi que Mohamed Zoukari ;
– les deux plaignants, la journaliste Hafsa Boutahar, et l’activiste de la communauté LGBT « Mohamed Adam » ;
– Les avocats respectifs des deux plaignants;
– Les responsables de l’Association marocaine des droits des victimes (AMDV), dont la présidente Aicha Kelaâ et les membres de son bureau ;
– et Najiba Jalal, présidente de l’association Bait Al Hikma (“La Maison de la sagesse”).

A l’issue de ces entretiens et lors d’un point de presse le 1er juillet 2021, le Secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger, a déclaré : « Au nom de la Fédération internationale, nous appuyons toutes nos démarches en matière de justice sur la défense notamment de l’article 11 de la Charte d’éthique mondiale des journalistes qui précise : « le journaliste s’interdira de se comporter en auxiliaire de police ou d’autres services de sécurité ».

« Un journaliste n’est donc ni juge, ni policier, et, à ce titre, je veux redire que la Fédération appelle, depuis le début de ces affaires, à un procès juste et équitable, tant pour les journalistes incarcérés que pour les plaignants dans ces deux affaires. Nous nous inquiétons également de la durée excessive des instructions et de l’état de santé de Souleymane Raissouni, en grève de la faim depuis des semaines. Ces durées excessives de la justice marocaine sont néfastes, pour ne pas dire intolérables, pour les deux parties, dans un état de droit. »

De son côté, Abdel Kebir Khchichne, le président du Conseil national du SNPM, a souligné : « Dès 2020, le SNPM a été en première ligne pour écouter nos adhérents et les autres journalistes impliqués, et nous avons refusé d’emblée de participer à une forme de politisation de ces affaires juridiques graves. Les règles de conduite professionnelle de notre métier s’appliquent aussi lorsque des journalistes sont impliquées et c’est pour cette raison que nous sommes allés visiter nos deux confrères en prison le 28 mai 2021 et nous avons demandé à Souleymane Raissouni de cesser sa grève de la faim. C’est pour cette raison également que nous avons longuement écouté notre consoeur, Hafsa Boutahar, et notre confrère Omar Radi, avant son arrestation. Nous avons mis à sa disposition les locaux du syndicat à Rabat pour y tenir des conférences de presse. Le SNPM continuera à suivre attentivement ces deux affaires et s’assurera du bon déroulement des procédures juridiques, qui doivent rester équitables pour toutes les parties. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page