“Amnesty International devrait savoir que le Maroc est un Etat de droit qui n’espionne pas ses citoyens”

“Amnesty International devrait savoir que le Maroc est un Etat de droit, responsable et souverain qui n’espionne pas ses citoyens”, écrit lundi le portail malien d’informations +Malijet+.

“La législation marocaine stipule que tout citoyen en conflit avec la loi relève du domaine de la justice et non de l’espionnage de bas étage”, souligne l’auteur de l’article.

Et d’ajouter qu’”Amnesty a bénéficié pendant longtemps de l’hospitalité marocaine. Elle a toujours agi à sa guise grâce à la bienveillance d’un Etat souverain et responsable. Les portes des institutions marocaines des Droits de l’Homme lui ont été toujours ouvertes”.

“Dernier cas de cette parade ridicule d’Amnesty International concerne le refus de cette pseudo organisation de défense des Droits de l’Homme de répondre aux mensonges cités dans son fumeux rapport contre le Maroc dans une affaire de présumée espionnage, qui plus est relative à un journaliste marocain”, selon +Malijet+.


“Les méthodes employées par Amnesty International dans cette affaire sont opaques et sont loin d’aider à jeter la lumière sur cet imbroglio, qui a été médiatisé à outrance pour cacher une réalité peu reluisante pour Amnesty International”, note le portail malien.

Et de poursuivre que “jusqu’à ce jour, nul ne peut ignorer qu’Amnesty International, dans sa démarche boiteuse, afin d’éviter de répondre aux responsables marocains, a opté à ses secondes mains installées à Tunis de répondre aux autorités marocaines, preuve qu’Amnesty International ne détient aucune preuve sur ce dossier. Ce refus n’est point étonnant puisque Amnesty International nous a habitué à des réactions à la Lucky Luck, le cowboy qui tire plus vite que son ombre”.

“Quoiqu’il en soit, la fermeté des autorités marocaines face aux manoeuvres dilatoires d’Amnesty International n’a surpris personne. Le Maroc est dans son droit d’exiger une réponse dans les règles de l’art. Cette fermeté a été soulignée par la presse marocaine et internationale, toutes tendances confondues”, ajoute le média malien.