Antsirabe ou l’histoire d’un lieu d’hospitalité pour la famille royale lors de son exil forcé en 1954

 Antsirabe, que SM le Roi Mohammed VI a visité mercredi, est une ville malgache dont l’évocation provoque chez le Marocain une grande charge d’émotion d’une rare intensité du fait qu’elle est liée à une étape pénible de l’histoire du Maroc: l’exil forcé de feu SM Mohammed V et de Son Auguste Famille royale.

Perchée à 1.500 m d’altitude, Antsirabe, un des lieux les plus froids des Hautes Terres durant l’hiver austral, avait accueilli avec grandeur le Héro de l’Indépendance, feu SM le Roi Mohammed V et la Famille royale lors de son exil forcé en 1954, souvenir, aussi pénible soit-il, restera, à ce titre, toujours vivace dans la mémoire de tous les Marocains.

Elle occupe une place chère dans le cœur des Marocains vu les marques de solidarité que le peuple malgache a témoignées au regretté Souverain et à la Famille Royale, ainsi que les égards dont Ils ont été entourés durant Leur exil et qui resteront à jamais gravés dans la mémoire collective du peuple marocain. Feu SM Mohammed V et la Famille royale étaient arrivés, dans la nuit du 28 au 29 janvier 1954 à Antananarivo, après un long voyage éprouvant avec des escales au Tchad et au Congo, avant de gagner Antsirabe, à 169 km au sud de la Capitale malgache.

La famille royale a été logée dans l’un des plus anciens établissements hôteliers de Madagascar, le petit vichy, construit au début du siècle et rebaptisé “Les thermes”. Elle vivait seule sans accompagnateurs marocains dans cet hôtel, dont le personnel essentiellement malgache était géré par des Français.


Le séjour de la Famille royale à Antsirabe, qui signifie “là où il y a beaucoup de sel”, a toutefois été égayé par la naissance de SAR la princesse feue Lalla Amina.

Dans l’Hôtel, les souvenirs transmis par les membres du personnel rappellent le passage de la famille royale dans ces lieux.

La Mosquée de la ville, construite en 1930 était le premier édifice qu’avait visité feu SM Mohammed V, descendant du prophète, qui y rencontrait la communauté musulmane composée en majorité d’indo-pakistanais et de comoriens.

Un mois après, feu SM Mohammed V commençait à diriger lui-même la Prière du vendredi dans ce lieu de culte rebaptisé par SM le Roi Mohammed VI, “Mosquée Mohammed V” en hommage à son Auguste grand-père et pour les sacrifices consentis par le libérateur de la Nation.


Après chaque prière, feu SM Mohammed V offrait à manger, comme il avait l’habitude de le faire durant le mois de Ramadan, à l’heure de la rupture du jeûne. Les habitants d’âge respectable de la ville se souviennent avec émotion du regretté Souverain, ce bienfaiteur qui faisait le marché lui-même pour préparer les repas distribués à la Mosquée.

Malgré les 8.000 KM séparant Rabat et Antananarivo, Madagascar occupe dans l’esprit des Marocains une place toute particulière depuis cette période, inscrite en lettres d’or dans l’histoire du Royaume, pour sa signification profonde et son impact déterminant dans le façonnement du devenir du Royaume.