Besoin de financement de l’économie nationale en augmentation (HCP)

HCP

L’économie nationale a enregistré une croissance de 0.1% au premier trimestre 2020, au lieu de 2,8% durant le même trimestre de l’année précédente. C’est ce qui ressort de la dernière note d’information publiée, aujourd’hui 30 juin, par Le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

D’après la note du HCP, la croissance de l’économie nationale a été impactée par le ralentissement des activités non agricoles et la baisse des activités agricoles, soulignant que la valeur ajoutée des activités non agricoles a connu un net ralentissement passant de 4,3% au premier trimestre 2019 à 0,9%.

En ce qui concerne le Produit Intérieur Brut (PIB) en volume, il a affiché une augmentation de 0,1% durant le premier trimestre 2020 au lieu de 2,8% l’année précédente. Ceci s’explique par la baisse des impôts sur les produits nets des subventions.

S’agissant de la demande extérieure, elle a enregistré une hausse de 0,6% au premier trimestre 2020 au lieu de 0,8% la même période de l’année précédente, contribuant ainsi pour 0,6 point à la croissance économique nationale.

Quant à la consommation finale des administrations publiques, elle a affiché une augmentation de 6,2% au lieu de 3,4%, avec une contribution à la croissance de 1,3 point.


Les dépenses de consommation finale des ménages, de leur côté, ont connu un ralentissement de leur taux d’accroissement passant de 2,7% au premier trimestre 2019 à 1,4% avec une contribution à la croissance de 0,8 point au lieu de 1,6 points.

En revanche, selon le HCP, les échanges extérieurs de biens et services ont dégagé une « contribution négative » à la croissance, se situant à (-0,5) point. Pour les exportations de biens et services, ils ont affiché une baisse de 4,4% durant le premier trimestre 2020, ainsi que pour les importations qui ont baissé de 2,4%.

Le HCP a expliqué le recul de la croissance de l’économie nationale par la baisse de 0,1% au premier trimestre 2020 au lieu d’une hausse de 3,4% une année auparavant du revenu national brut disponible, entraînant une augmentation du besoin de financement.