Buenos Aires : L’expérience du Maroc en matière de justice mise en exergue

Les travaux d’un symposium international sur la facilitation de l’accès à la justice se sont ouverts, lundi à Buenos Aires, avec la participation du Maroc.

La délégation marocaine participant à cette rencontre, organisée sous le thème « l’Accès à la justice : différentes perspectives de la politique publique et les mécanismes institutionnels », est composée de Mohamed Nasser, chef du cabinet du ministre de la Justice et des Libertés, de Mohamed Laghdaf Maalainine, procureur du Roi près la cour d’Appel d’Errachidia et de Mohamed Lahbib Bencheikh, président de l’Association nationale des jeunes avocats du Maroc.

Ce symposium organisé notamment par le Centre international pour la promotion des droits de l’Homme, relevant de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), s’assigne pour objectifs d’échanger les expériences et les meilleures pratiques autour de l’accès à la justice.

Cette rencontre vise à renforcer la coopération sud-sud dans le domaine des droits de l’Homme en se rapprochant des réalités des pays africains à travers la promotion des échanges d’expertises et des bonnes pratiques, a déclaré à la MAP la directrice du centre international de la promotion des droits de l’Homme en Argentine, Adriana Arsi.
Soulignant l’importance de l’action commune et de la coopération entre le centre et le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), elle a relevé que l’Argentine et le Maroc sont liés par une coopération étroite qui va au-delà de l’organisation du Forum mondial des droits de l’Homme (FMDH) dans la mesure où les deux pays partagent un espace d’action commun en vue d’échanger les expériences, les expertises et les réalisations dans le domaine des droits de l’Homme.


Pour sa part, M. Nasser a relevé que la rencontre est une occasion pour présenter l’expérience du Maroc en matière d’accès à la justice, laquelle s’inscrit dans le cadre d’une réforme profonde et globale du système judiciaire, de même qu’elle constitue une occasion pour échanger les vues avec l’Argentine et les pays africains participants.
De son côté, M. Laghdaf Maalainine a relevé que la participation du Maroc à cette rencontre n’est pas fortuite étant donné qu’elle reflète la connaissance des pays d’Amérique latine et d’Afrique de l’expérience pionnière du Maroc en matière de réforme de la justice et des efforts du ministère de la Justice et des Libertés à la faveur de la mise en œuvre des dispositions du dialogue national sur la réforme du système judiciaire.

Le principal objectif de la participation du Royaume est de présenter l’expérience marocaine à la lumière du développement démocratique que connaît le Royaume et qui a permis au citoyen marocain de se distinguer parmi les autres sociétés africaines, a-t-il indiqué, en ajoutant que différents aspects de cette expérience seront présentés, une semaine durant en Argentine.
Le président de l’association nationale des jeunes avocats au Maroc a, quant à lui, indiqué que l’échange des points de vue entre les acteurs civils et institutionnels sur l’accès à la justice est l’un des principaux axes qui seront abordés lors de cette rencontre, étant donné que l’accès à la justice est l’un des principaux droits énoncés dans la Constitution de 2011.

Il a relevé que l’expérience de l’association dans le domaine de l’accès des femmes violentées à la justice sera présentée lors de ce symposium, avant d’ajouter que le rôle de la société civile va au-delà de la proposition pour englober la mise en œuvre des lois et l’exécution des politiques publiques, dont celle relative à l’accès à la justice.
Le symposium vise à asseoir un programme de coopération entre l’Argentine et l’Afrique, notamment avec les pays participants comme le Maroc, le Cameroun, l’Angola et le Congo, qui présenteront leurs expériences dans le domaine des politiques publiques et des mécanismes institutionnels d’accès à la justice.

Maroc Diplomatique avec MAP