Casablanca-Settat: offre de plus de 1,4 million de têtes de bétail

Casablanca-Settat

Le nombre de têtes de bétail devrait atteindre dans la région de Casablanca-Settat pour l’Aid al Adha quelque 1.450.000 têtes d’ovins et de caprins dont environ 60% de race Sardi, principalement dans les provinces de Settat et Berrechid.

L’offre d’ovins et de caprins dépasse la demande estimée à 1 million de têtes (70%) au niveau de la région, indique un communiqué de la direction régionale d’agriculture de Casablanca-Settat, ajoutant que les prix du cheptel sont stables.

Le cheptel au niveau de cette région est réparti en 560 000 têtes à Settat, 210 000 têtes à Berrechid, 250 000 têtes à Benslimane, 200 000 têtes à Sidi Bennour, 165 000 têtes à EL Jadida, 3 000 têtes à Casablanca, 70 000 têtes à Mediouna-Nouaceur, et 15 000 têtes à Mohammedia, précise la même source.

Les prix du cheptel sont stables au niveau de la région et dépendent de l’offre et de la demande, fait savoir le communiqué, notant que le prix moyen prévisionnel des ovins au niveau de la région serait de 2.000 à 3.600 Dh par tête pour la race Sardi et de 1.500 à 2.800 Dh pour la race Bergui et autres.

Par ailleurs, l’état de santé du cheptel ovin et caprin est satisfaisant dans la région, assure la direction régionale d’agriculture, relevant que ce cheptel est indemne de toute maladie suite aux efforts conjugués, déployés au niveau régional, par les éleveurs, les professionnels et les services concernés du Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts.


En outre, le programme régional de lutte contre les effets du déficit pluviométrique lancé durant la campagne agricole en cours a permis d’assurer un approvisionnement en aliment de base pour la sauvegarde du cheptel de la région.

Ce programme régional est décliné d’un programme national lancé par le Ministère de l’Agriculture, au titre de la campagne agricole 2019-2020. La mise en œuvre de ce plan a permis de faire face aux répercussions du déficit des pluies et d’accompagner les agriculteurs au cours de cette campagne agricole caractérisée par un déficit des pluies.