A LA UNESociété

Casablanca: Un été au goût d’angoisse et d’espoir

Après la célébration de Aïd Al-Adha, la capitale économique enregistre comme à l’accoutumée une baisse des activités commerciales et sociales et cette année où la fête a coïncidé avec la saison estivale, la métropole n’a pas dérogé à la règle. Toutefois, ce qui est nouveau, c’est cette atmosphère d’angoisse qui affecte la population à cause du retour en force de l’épidémie du Coronavirus sans occulter cette lueur d’espoir qui se profile à l’horizon.

La capitale économique, qui représente un grand poids démographique, a toujours affiché des taux élevés des infections du Coronavirus, mais l’accélération de la campagne de vaccination et son élargissement à de nouvelles tranches d’âge ont encouragé les habitants à fréquenter les espaces pour se réapprovisionner en denrées, effectuer une promenade ou faire d’autres activités de loisirs surtout qu’un grand nombre de citoyens sont en congé durant cette période.

La question qui reste posée cependant est de savoir si les citoyens observent les mesures de protection contre l’épidémie qui sont prises par les autorités compétentes en vue de contribuer collectivement à faire plier l’échine de la pandémie qui provoque de grandes souffrances et beaucoup de dégâts.

Une visite dans plusieurs espaces publics (plages, restaurants et marchés) a permis d’observer qu’un grand nombre de citoyens respectent les règles de distanciation sociale et le port du masque, mais d’autres citoyens ne respectent pas ces mesures de lutte contre le virus et cette attitude n’est pas compréhensible eu égard à la gravité de la situation sanitaire à Casablanca et dans d’autres régions.

Plusieurs centres de santé connaissent également des activités intenses dans une course contre la montre afin de parachever la campagne de vaccination et accélérer sa cadence dans la perspective de réaliser l’objectif de l’immunité collective.

→ Lire aussi : Covid-19: Le pic attendu “dans les tout prochains jours”

Par ailleurs, de nombreux citoyens se rendent aux laboratoires pour subir des tests de dépistage du Coronavirus et éliminer le doute d’une éventuelle infection par le virus.

Dans cette atmosphère, plusieurs familles, qui avaient tout préparé pour organiser des fêtes de mariage et de noces, se sont retrouvées dans une situation délicate, notamment celles qui ont pris des engagements avec des traiteurs, et ce après la décision interdisant la célébration des mariages suite à la hausse des cas d’infection par le Coronavirus.

Un jeune a rappelé avec un air triste qu’il avait décidé d’organiser la cérémonie de mariage début août et pour cela, il avait remis 40 mille dirhams à un traiteur mais il trouve actuellement des difficultés à récupérer cette somme, notant que le traiteur a lui aussi entamé les démarches nécessaires pour organiser la fête.

Actuellement, je suis en train de négocier avec le traiteur pour trouver une solution convenable aux deux parties“, a-t-il dit, ajoutant toutefois que le plus important est d’assurer la sécurité sanitaire des citoyens car la fête peut être reportée.

Cette situation ressemble à celle d’une femme qui a stocké une grande quantité de viande de poulet et d’autres aliments afin d’organiser le mariage de sa fille, mais actuellement elle ne sait pas quoi faire et surtout comment gérer cette quantité de viande conservée dans le réfrigérateur.

Tout en exprimant sa forte conviction en Dieu, elle a fait part de sa surprise face à la hausse soudaine des infections au Coronavirus à Casablanca et dans d’autres régions, estimant que l’interdiction des fêtes de mariage est “une décisions logique” afin d’éviter que la situation se détériore.

Elle a également exprimé le vœu que la vie revienne bientôt à la normale, soulignant que la vaccination de tous les groupes ciblés constitue la meilleure solution.

Un été au goût d’angoisse et d’espoir dans une ville qui s’emploie avec patience à surmonter la pandémie qui a imposé sa logique à tous et la sortie de cette crise sanitaire est une responsabilité collective.

Ce qui est certain, c’est que l’accélération de la campagne de vaccination et son parachèvement constituent le moyen le plus efficace en vue de juguler l’épidémie avant la prochaine rentrée scolaire.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page