Constitution d’un Front national pour défendre la gratuité de l’enseignement

Plusieurs syndicats, associations, ONG, partis politiques se sont réunis, au siège de la section régionale du Syndicat national de l’enseignement supérieur à Casablanca, fin de la semaine dernière afin de constituer un Front national pour défendre la gratuité de  l’enseignement.

Selon ce front constitué, cette action vient en riposte à l’avant-projet de loi-cadre sur la réforme de l’enseignement et de l’avis consultatif n°02-2016 du Conseil supérieur de l’éducation de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS), ainsi qu’à la loi 86/12 relative aux contrats de partenariat public-privé, pour contraindre le gouvernement à renoncer à cette réforme compte tenu des fissures et inégalité sociales existantes privant ainsi, une large tranche de la société marocaine d’un droit fondamental qui est le droit à l’enseignement gratuit.

Ce front est constitué de syndicats comme, le Syndicat national de l’enseignement supérieur, la Fédération nationale de l’enseignement, la Fédération nationale de l’enseignement-option démocratique,  la Fédération libre de l’enseignement,  le Syndicat national de l’enseignement, le Syndicat des inspecteurs d’enseignement au Maroc, d’associations comme l’AMDH, l’OMDH, la LMDDH, ATTAC-Maroc, la Fédération nationale des associations des parents d’élèves au Maroc, l’Association marocaine des enseignants de la philosophie, la Fédération de la Ligue démocratique des droits des femmes et de parti politique comme l’USFP, PSU, PPS.

 

Chaouki OULKHIR