Covid-19: Le Conseil scientifique favorable à un pass sanitaire “temporaire”

pass sanitaire

Le Conseil scientifique, instance mise en place pour éclairer le gouvernement français dans sa gestion de la crise sanitaire du Covid-19, s’est prononcé en faveur de la création d’un pass sanitaire “exceptionnel et temporaire” certifiant d’une vaccination, d’une immunité naturelle ou d’un test négatif.

“Le pass sanitaire, utilisé de manière temporaire et exceptionnelle, peut permettre à la population une forme de retour à la vie normale en minimisant les risques de contamination par le virus”, estime l’organisme dirigé par le professeur Jean-François Delfraissy, dans un avis rendu public lundi soir et publié par le gouvernement mardi.

Les 17 membres du Conseil, qui se disent favorables au recours à cet outil, notamment dans sa version numérique, appellent toutefois dans leur avis relayé par les médias à la réalisation d’études scientifiques pour démontrer son efficacité, alors que le président Emmanuel Macron avait indiqué le 30 avril que ce document sera notamment obligatoire pour accéder à des stades, salons et foires lors de la troisième étape du déconfinement, prévue à partir du 9 juin prochain.

“Avec l’utilisation du pass sanitaire, il est probable, quoique restant à démontrer par des études scientifiques portant sur des événements réels que le Conseil scientifique appelle de ses vœux, que le risque de contamination puisse être réduit de façon significative sur un plan sanitaire” avance le Conseil, qui avait été saisi par le Premier ministre Jean Castex le 29 avril.

Toutefois, les scientifiques mettent en garde contre un relâchement trop important lié à l’utilisation du pass sanitaire, d’autant plus que ce nouvel outil pourrait permettre un assouplissement des règles de distanciation physique, mais pas la fin du port du masque.


A cet égard, ils estiment qu’un maintien de protocoles sanitaires stricts demeure indispensable.

Le Conseil scientifique revient par ailleurs sur le cadre d’utilisation du pass sanitaire en jugeant que limiter son usage aux seuls événements rassemblant un nombre important de personnes, en excluant des actes de la vie quotidienne (se rendre sur son lieu de travail, aller dans un commerce, un établissement de formation, un café, un restaurant) peut être apprécié comme un usage proportionné comme annoncé par les autorités politiques”.

La France a entamé lundi la première phase du déconfinement profressif instauré pour limiter la propagation du Covid-19 avec notamment la levée de certaines restrictions, dont la limitation des déplacements et le retour en classe des collégiens et des lycéens.

La levée progressive des restrictions se poursuivra le 19 mai avec la réouverture des commerces dits non essentiels actuellement fermés, des terrasses de bars et des restaurants, et des musées, cinémas et théâtres.


Dans les lieux culturels, une jauge de visiteurs devra être respectée. Cette phase sera marquée également par le décalage de l’heure de début du couvre-feu, qui passera de 19 heures à 21 heures le 19 mai.

Le 9 juin, les cafés et restaurants pourront également rouvrir en intérieur, de même que les salles de sport avec maintien des gestes barrières et levée des limites de jauges.

L’heure de début de couvre-feu sera décalée à 23 heures avant de prendre fin le 30 juin.

( Avec MAP )