A LA UNERégions

Dakhla-Oued Eddahab : Des conventions à caractère socio-économique, éducatif et ‎culturel à El Guerguarat

Les membres du Conseil de la région de Dakhla Oued Eddahab ont adopté, lors des travaux ‎de la session de mars tenue à El Guerguarat, une série de conventions de partenariat et de ‎coopération ainsi que des projets à caractère économique, social, culturel, éducatif et sportif.

Les membres du Conseil ont ainsi approuvé une convention de partenariat entre la wilaya, le ‎conseil régional et l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail ‎‎(OFPPT), portant sur la mise en place de la Cité des métiers et des compétences (CMC) de la ‎région, pour un montant global de 140 MDH.

Ils ont aussi adopté une convention de partenariat et de coopération pour la mise en place d’un ‎Centre d’interprétation du patrimoine culturel de la région (13 MDH) et une convention-cadre ‎de partenariat d’une durée de 3 ans entre le Conseil régional et l’Institut national des sciences ‎de l’archéologie et du patrimoine (INSAP) portant entre autres sur l’élaboration d’un ‎inventaire méthodologique, une carte et un Atlas comprenant le potentiel patrimonial ‎immatériel et subaquatique de la région.

Les membres du Conseil ont aussi adopté une convention de partenariat (2021-2023) relative à ‎l’acquisition, la mise en place et l’entretien des caméras de surveillance dans les principales ‎artères de la ville, mobilisant un montant global de 15 MDH et une convention de partenariat ‎pour la construction d’une mosquée au quartier « Alhassani » à Dakhla (plus de 13,43 MDH).

Il a été également procédé à l’adoption d’une convention de partenariat entre le Conseil ‎régional et la commune d’Agouinit pour la mise à niveau et l’équipement de cette collectivité ‎territoriale (2,25 MDH), et une convention de partenariat et de coopération entre le Conseil et ‎la fédération des associations de clubs de tennis de la région (450.000 DH).

En plus, ils ont adopté l’amendement de l’avenant n°1 de la convention entre le conseil ‎régional et le ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement (1,8 MDH) et l’avenant ‎n°2 de la convention de partenariat entre le Conseil de la région et le ministère de la Solidarité, ‎du développement social, de l’égalité et de la famille visant à autonomiser 800 femmes de la ‎région au lieu de 500.

Par ailleurs, les membres du Conseil ont adopté une convention de partenariat relative au ‎financement de l’approvisionnement continu en électricité du Centre d’Aousserd (24/24 H), ‎consistant en la construction d’une centrale solaire de 1,5 MW avec un système de stockage ‎de 5 MW qui fonctionnera en hybridation avec la centrale thermique existante, pour un ‎montant de 51,25 MDH, dont la contribution du Conseil régional est de l’ordre (25 MDH), la ‎Direction générale des collectivités locales (DGCL) (16 MDH) et de l’Office national de ‎l’électricité et l’eau potable (ONEE-Branche électricité) (10,25 MDH).

De même, ils ont approuvé l’amendement de l’avenant n°1 de la convention cadre relative au ‎financement des programmes de développement de la province d’Aousserd (2018-2021), (9,4 ‎MDH), en vue d’assurer l’aménagement des dispensaires aux Centres de Bir Gandouz et d’El ‎Guerguarat (2,7 MDH), l’aménagement d’un Centre pluridisciplinaire à Aousserd (300.000 ‎DH), l’aménagement de l’internat Tires au Centre de Bir Gandouz (400.000 DH) et ‎l’aménagement des lotissements (300.000 DH).

S’exprimant à cette occasion, le wali de la région a souligné que la tenue de cette session ‎s’inscrit dans le cadre de l’ouverture du Conseil régional sur l’ensemble de son territoire, ‎notamment après les derniers développements géostratégiques qu’a connus la région, à savoir ‎la sécurisation d’El Guerguarat et la décision américaine reconnaissant la pleine et entière ‎souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud.

Dans cette lignée, il a indiqué que la conjoncture actuelle marquée par la crise sanitaire liée au ‎Covid-19 et ses répercussions socio-éconopmiques nécessite de redéfinir les priorités pour ‎contribuer à une gestion optimale des budgets territoriaux, en vue de réaliser des indicateurs ‎de développement efficaces, à même de permettre à la région de faire face à la situation ‎financière et de préserver les équilibres socio-économiques.‎

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page