Déclaration commune sur l’impact de COVID-19 sur les patients immunodéprimés

Les groupes mondiaux de patients appellent les gouvernements et les responsables des organismes de santé à répondre aux besoins non satisfaits des personnes immunodéprimées, auxquelles la pandémie de COVID-19 présente un risque sanitaire permanent.

Bien que la pandémie de COVID-19 ait bouleversé des vies dans le monde entier, il existe une communauté de patients – ceux dont le système immunitaire est compromis – qui sont plus exposés au risque de COVID-19 que le reste de la population et dont les besoins restent insatisfaits.

Parmi la population mondiale, environ 2 % sont considérés comme immunodéprimés et présentent un risque accru de réponse inadéquate à un vaccin COVID-19. Après la vaccination, plus de 40 % des personnes hospitalisées pour des infections pernicieuses sont des personnes immunodéprimées, avec un risque accru de mortalité des patients hospitalisés par rapport à la population générale.

La pandémie de COVID-19 persiste pour les patients immunodéprimés

Actuellement, les stratégies adoptées pour soutenir les personnes atteintes de COVID-19 sont larges et semblent se concentrer sur le citoyen moyen, en bonne santé. Bien que cette approche soit bénéfique pour la plupart des gens et qu’elle permette aux pays de commencer à revenir à des modes de vie et de travail normaux, en apprenant à vivre avec le COVID-19, ce sont plutôt les patients immunodéprimés qui sont laissés pour compte.

En effet, ces patients ne présentant pas une réponse immunitaire optimale, ils sont davantage susceptibles de développer une maladie grave mettant leur vie en danger et peuvent souffrir d’une infection prolongée, laquelle pourrait conduire à l’apparition de nouveaux variants. La pandémie n’a pas de fin imminente pour eux.

Impact continu de COVID-19 sur la qualité de vie des patients immunodéprimés

La douleur des patients immunodéprimés est prolongée par l’angoisse du risque permanent que représente une éventuelle exposition au COVID-19.

→ Lire aussi : Covid-19: la transmission du virus est « faible à très faible » dans différentes régions du Royaume

Cette communauté de patients a été isolée de ses amis, de sa famille et de la société pendant plus de deux ans, ce qui a eu des conséquences néfastes. Certains enfants n’ont pas pu aller à l’école ou se socialiser, ce qui a eu des répercussions sur leur développement émotionnel. Il ressort d’une enquête menée auprès de patients atteints d’un cancer du sang que près de 90 % des répondants ont déclaré que leur santé mentale avait été affectée par la pandémie de COVID-19.

Par ailleurs, en raison de la suppression de nombreuses réglementations et restrictions, les personnes immunodéprimées qui ne peuvent pas travailler à domicile, comme les chauffeurs-livreurs ou les personnes travaillant dans le secteur de l’hôtellerie, sont aujourd’hui confrontées à une anxiété accrue au sein de leur lieu de travail.5,6 En effet, les données d’une enquête menée auprès de patients souffrant de maladies rénales montrent que 54 % des personnes interrogées se sentent inquiètes à l’idée de retourner sur leur lieu de travail, mais estiment qu’elles n’ont pas d’autre choix.5 En outre, et à la suite du retrait du soutien financier pour le blindage dans la plupart des pays, de nombreuses personnes immunodéprimées estiment qu’elles n’ont pas d’autre choix que de retourner au travail. Ce manque de priorité ne fait qu’exacerber les inégalités de santé existantes.

Mesures spécifiques pour soutenir la communauté immunodéprimée

Dans le monde entier, la pandémie de COVID-19 a mis une pression considérable sur les systèmes de santé. Toutefois, la priorité doit être accordée aux mesures supplémentaires indispensables pour venir en aide aux patients immunodéprimés. Ceci en raison du risque plus élevé d’hospitalisation et de maladie grave et potentiellement mortelle liée au COVID-19 chez les patients immunodéprimés.3 Ces mesures sont particulièrement importantes au moment où le reste de la population reprend ses habitudes de vie et de travail.

Il convient d’accroître la visibilité des patients immunodéprimés et des inégalités de santé auxquelles cette communauté est confrontée dans les politiques de santé et les messages afin de sensibiliser le public au soutien que requiert encore ce groupe de personnes.

Cela implique de communiquer des informations spécifiques sur les mesures de sécurité qui doivent être maintenues par cette communauté, notamment le port continu d’un masque, l’accès au test gratuit COVID-19, l’accès à des options thérapeutiques supplémentaires et la mise à disposition de conseils et de soutien pour une auto-isolement continu.

Par ailleurs, une attention particulière doit être portée par les employeurs à la santé et à la sécurité de leurs employés immunodéprimés, notamment en prenant des mesures de sécurité appropriées afin de réduire le risque d’exposition au virus. De telles mesures sont essentielles pour permettre aux personnes immunodéprimées de retourner sur leur lieu de travail et de continuer à y travailler pleinement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page